1663600094-noemie-lecampion-festival-manifesto-2022-7

[EXPO] Noémie Lecampion au festival Manifesto

19/09/2022 - 2 minutes
Actualité
Toulouse

Alors que le Grand Prix ETPA 2022 récompensait il y a peu le travail de l’étudiante Noémie Lecampion - qui y présentait pour l’occasion sa série Monochrome -, la jeune diplômée revient sur le devant de la scène, pour deux expositions dans le cadre du festival Manifesto.

Lorsqu’ils remportent le Grand Prix ETPA, les lauréats voient généralement leur travail bénéficier soudain d’une plus large exposition, qui les emmène à la rencontre d’un grand nombre de passionnés de la photo et de professionnels engagés. Lauréate en juin dernier, Noémie Lecampion ne fait pas exception !

Manifesto : un événement, deux expositions pour Noémie Lecampion

C’est dans le cadre du festival Manifesto, qui permet chaque année au lauréat du Grand Prix ETPA de présenter ses travaux, que la jeune photographe expose dans un premier temps sa série Monochrome. Celle-là même qui lui a permis de remporter le Grand Prix 2022. Ce projet, qu’elle a mené durant ses études à l’ETPA, est né d’une rencontre avec le travail et l’histoire personnelle de l’artiste français Yves Klein, qui s’est notamment fait connaître avec son invention de l'IKB (International Klein Blue). Monochrome est actuellement exposé au Laboratoire Photon, et ce jusqu’au 6 décembre 2022.

Toujours dans le cadre du Festival Manifesto, Noémie Lecampion expose jusqu’au 1e octobre une autre série, Impressionnisme, qu’il est possible de découvrir Place Saint-Pierre. Ce travail, pour lequel l’artiste est allée à la rencontre des peintres impressionnistes du XIXe siècle, l’a amené “sur ces chemins, dans leurs ateliers, leurs jardins, leurs étangs [où] nous nous imprégnons de leurs univers, dans une recherche pointilliste d’un monde disparu.”

À découvrir d’urgence !

En bref

  • Noémie Lecampion, Grand Prix ETPA 2022
  • Monochrome, au Laboratoire Photon du 14 septembre au 6 décembre 2022
  • Impressionnisme, Place Saint-Pierre, du 16 septembre au 1e octobre 2022
1663600094-noemie-lecampion-festival-manifesto-2022-7
1663600664-noemie-lecampion-festival-manifesto-2022-1
1663600086-noemie-lecampion-festival-manifesto-2022-5
1663600078-noemie-lecampion-festival-manifesto-2022-3
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités