1658828908-manifesto-2022-fb

[Festival] ManifestO 2022

26/07/2022 - 2 minutes
Actualité

Le 9 septembre prochain marque le début de la 20e édition du festival Manifesto - Rencontres photographiques de Toulouse. Comme un aurevoir à une époque bientôt révolue, le festival consacre son édition 2022 à ses anciens lauréats, ainsi qu'aux artistes qui se sont associés au festival tout au long de ces belles années.

Festival Manifesto : cap sur la 20e édition

Parmi les photographes sollicités, ce sont 30 projets qui ont été retenus par les organisateurs, pour habiller les fameux containers et illuminer les bords de la Garonne. À l'occasion de ce rendez-vous annuel, les visiteurs pourront aller à la rencontre du travail de Camille Gharbi par exemple, qui expose à cette occasion une série sur les violences conjugales. Ou de celui de Jean-Christophe Gaudet, qui nous rapporte l'atmosphère d'un environnement pénitentiaire qu'il a réussi à pénétrer en tant que photographe. Ou encore de la série Swimming in the black sea de Philippe Guionié, enseignant à l'ETPA, qui accomplit là un poème visuel inspiré d'un personnage de Jules Verne.

Le travail de Noémie Lecampion, Grand Prix Photo ETPA 2022, mis en lumière

Comme chaque année, le festival Manifesto expose le travail du lauréat du Grand Prix Photo ETPA de la dernière promotion en date, offrant ainsi aux jeunes talents une importante visibilité. Cette année, ce sera donc Noémie Lecampion qui aura la chance d’exposer son travail, avec un éclairage en deux temps : sa série Monochrome, qui lui a valu le Grand Prix Photo ETPA 2022, sera exposée au sein de la galerie Photon du 15 septembre au 6 décembre. Quant à sa série Impressionnisme, elle fera l’objet d’une autre exposition, place Saint Pierre, du 16 septembre au 1e octobre.

Les prémices d’un renouveau pour Manifesto

Cette 20e édition du festival sera semble-t-il la dernière sous sa forme actuelle. En effet, sur le site internet officiel, les organisateurs ont affiché leur envie de "changer de cap, d'envisager autre chose, une autre dynamique", pour donner au festival l'occasion de se réinventer et de nous surprendre, encore et toujours, avec une programmation éclectique et enrichissante. Vivement l'année prochaine !

1658828558-manifesto-2022
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités