Franck Dubray : reporter photographe professionnel à Ouest-France

Franck Dubray : "Croyez en vous"

16/05/2016 - 2 minutes
Actualité
Quel est votre parcours ?

A 18 ans, le responsable des sports Ouest-France au Mans m’a proposé de devenir correspondant.

Je n’avais qu’un boitier argentique minuscule (35 mm). De fil en aiguille, je me suis acheté du matériel plus professionnel. Quatre ans plus tard, je travaillais aussi pour Le Parisien, l’AFP, je suis passé pigiste. En 2008, une place s’est libérée, j’ai été embauché.

Quelles sont les contraintes inhérentes à la photo de sport ?

En terme de disponibilités, ne pas compter sur des week-ends libres lorsqu’on débute. Après si, par bonheur, vous devenez salarié, vous travaillerez un week-end sur deux. Quant aux horaires : flexibilité impérative.

Côté matériel, avec le numérique, la facture est lourde. Il faut des objectifs, des zooms très puissants. En sport, avec un 200mm, on peut couvrir des manifestations indoor, c’est tout ! Au minimum, il faut un 300 pour les matches en extérieur. 

Avec 7000 euros, vous pouvez trouver quelque chose de correct en occasion.

Quels sont les conseils que vous donneriez à un jeune qui sort d’une école et souhaite se lancer dans la photo sportive ?

Etre à l’écoute des anciens, beaucoup regarder ce qui se fait. Le sport est une des meilleures écoles photo. Ne pas hésiter à aller vers les nouvelles technologies.

L’avenir c’est internet. Il faut bouffer (sic) de la photo mais pas seulement ! Il faut aussi s’atteler à la vidéo : savoir faire des reportages, les écrire, les tourner, les monter. Si vous avez envie de faire ce métier, vous y arriverez mais c’est de plus en plus compliqué. On embauche peu. Si vous on vous indique la porte, rentrez par la fenêtre ! Croyez en vous !

© Crédits Photo : Franck Dubray 


Compte Twitter
Journal Ouest-France
573ac4b9e0f9b.png
573ac5c6e6f27.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités