close

CE SITE UTILISE DES COOKIES ET VOUS DONNE LE CONTRÔLE SUR CE QUE VOUS SOUHAITEZ ACTIVER

Tout accepter
Parametrer

Personnalisation des cookies

arrow-down
Enregistrer
Revenir aux actualités

Franck Dubray est reporter photographe professionnel pour Ouest-France.
Itinéraire et conseils d’un autodidacte.

actualité . 16 mai 2016
arrow-down-dark
Quel est votre parcours ?

A 18 ans, le responsable des sports Ouest-France au Mans m’a proposé de devenir correspondant.

Je n’avais qu’un boitier argentique minuscule (35 mm). De fil en aiguille, je me suis acheté du matériel plus professionnel. Quatre ans plus tard, je travaillais aussi pour Le Parisien, l’AFP, je suis passé pigiste. En 2008, une place s’est libérée, j’ai été embauché.

Quelles sont les contraintes inhérentes à la photo de sport ?

En terme de disponibilités, ne pas compter sur des week-ends libres lorsqu’on débute. Après si, par bonheur, vous devenez salarié, vous travaillerez un week-end sur deux. Quant aux horaires : flexibilité impérative.

Côté matériel, avec le numérique, la facture est lourde. Il faut des objectifs, des zooms très puissants. En sport, avec un 200mm, on peut couvrir des manifestations indoor, c’est tout ! Au minimum, il faut un 300 pour les matches en extérieur. 

Avec 7000 euros, vous pouvez trouver quelque chose de correct en occasion.

Quels sont les conseils que vous donneriez à un jeune qui sort d’une école et souhaite se lancer dans la photo sportive ?

Etre à l’écoute des anciens, beaucoup regarder ce qui se fait. Le sport est une des meilleures écoles photo. Ne pas hésiter à aller vers les nouvelles technologies.

L’avenir c’est internet. Il faut bouffer (sic) de la photo mais pas seulement ! Il faut aussi s’atteler à la vidéo : savoir faire des reportages, les écrire, les tourner, les monter. Si vous avez envie de faire ce métier, vous y arriverez mais c’est de plus en plus compliqué. On embauche peu. Si vous on vous indique la porte, rentrez par la fenêtre ! Croyez en vous !

© Crédits Photo : Franck Dubray 


Compte Twitter
Journal Ouest-France