François Delebecque : pied sable

François Delebecque, photographe et artiste français né en 1955

21/01/2016 - 2 minutes
Actualité

Photographe autodidacte dès l’âge de 15 ans, François Delebecque a un véritable déclic, 6 ans plus tard, aux Rencontres de la photographie d’Arles.

Il y rencontre, en 1976, Paul de Nooijer avec qui il collabore pendant un an aux Pays-Bas. En 1981, pour se lancer dans "sa vie d’adulte", le jeune artiste a besoin d’une "force de structuration de soi" qu’il puise alors auprès de gorilles "dûment sélectionnés" au Jardin des plantes.

Leur nature "brute" (primaire, essentielle) alimente sa première série. Le voici prêt, en 1983, à intégrer la Villa Medicis à Rome, dont il est le troisième photographe pensionnaire.

Le nu devient son mode d’expression fétiche. Immortalisant d’abord la sensualité des statues antiques et baroques, il collabore à son retour à Paris avec un modèle auquel il est resté (presque) fidèle jusqu’à aujourd’hui.

Vouant un culte à "notre enveloppe charnelle dans laquelle siègent les transports de l’âme", l’artiste fonde sa démarche sur ses ressentis, travaillant "de l’intérieur".

Son approche est aussi bien formelle que narrative, le noir et blanc qu’il privilégie, comme une invitation au rêve, n’évacuant pas totalement la couleur.

Les sculptures et les films courts qu’il crée également, participent, avec humour et un brin de surréalisme, à son imaginaire poétique.

Parfois, la présence humaine se dérobe dans son œuvre. Mais elle n’en est finalement que plus manifeste dans ses récentes vues désertes de la ville texane de Marfa, ou dans ses "Nocturnes végétales".

www.delebecque.net
56a1092ea32c5.jpg
56a109208f627.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités