photo-portrait-elsa-lassus.jpg

Intervention d'Elsa Lassus

16/04/2021 - 2 minutes
Actualité

Elsa Lassus, ancienne étudiante de la formation Praticien Photographe, est revenue dans l'enceinte de son ancienne école en mars dernier, pour livrer son retour d'expérience à nos étudiants.

 

Toi qui es spécialisée dans la photographie de mariage, comment décrirais-tu la situation actuelle des photographes, en ces temps de Covid ?

"C’est difficile, il faut s’adapter. J’ai dû faire appel à une avocate pour revoir tous mes contrats. Je ne m’étais pas « bétonnée » en termes de contrat depuis 8 ans et je voulais changer cela pour être protéger. Selon moi, cette période a poussé les photographes à s’adapter, à communiquer et à s’armer."

 

Quels conseils as-tu principalement donnés aux étudiants durant cette conférence ?

"De se fixer un objectif élevé, qui fasse partie de leur rêve, et d’avancer step by step jusqu’à atteindre cet objectif. Je leur ai également conseillé de shooter gratuitement pour certaines occasions. Cela permet de se faire voir, de pouvoir poster du contenu sur son site internet.

Personnellement, j’ai beaucoup attendu d’être payée pour tout ce que je faisais et lors d’un workshop, un photographe américain m’a conseillé de shooter, même sans être payée, pour voir des choses à montrer."

(Crédit photo : Solenne Jakovsky)

photo-portrait-elsa-lassus.jpg
Sur la même thématique
5c9a07e30f112.jpg

Découvrez la série de l’artiste malaisien Grey Chow sur la voie lactée.

12 novembre 2018

Photographe professionnel basé à Kuala Lumpur en Malaisie, Grey Chow est profondément passionné par la nature et les paysages grandioses. Fasciné par l’astrophotographie, c’est après avoir découvert une incroyable photo de la Voie lactée sur internet, qu’il décide de partir lui aussi à la chasse aux étoiles avec son propre matériel. Sur son site, il raconte ses nombreuses randonnées, dont une à plus de 4000 mètres d’altitude pour enfin obtenir le cliché parfait ! Par exemple lors d’un voyage en Inde, où il a photographié le Key Monastery, situé dans la vallée de Spiti à 4166 mètres d’altitude avec une température extérieure de -5 degrés. Passionné de voyage, il ne perd pas une occasion pour partir en quête de nouveaux paysages, toujours surplombés par la Voie lactée et ses couleurs. La Nouvelle-Zélande et ses contrastes uniques fait d’ailleurs partie de ses destinations préférées. Selon lui, c’est l’un des pays où l’on voit le mieux la Voie lactée et la voute céleste en général. Parmi ses nombreuses séries, il a notamment réussi à y capturer la fameuse « Southern Lights » ou Aurore Australe au-dessus d’un paysage sublime. Un autre exemple : en Indonésie, il a aussi passé une nuit entière à capturer une incroyable image du mont Bromo (un volcan toujours actif) surplombé par la Voie lactée, à plus de 2000 mètres d’altitude. Pour en savoir plus, retrouvez tous ses travaux sur son site internet : http://greychow.com

Etpa - Actualités
5c9a09dbd1a21.jpg

Les séries de photographies infrarouges du photographe Pierre-Louis Ferrer.

31 octobre 2018

Pierre-Louis Ferrer débute la photographie en 2006 en parallèle de son métier dans l’ingénierie aéronautique. Ce n’est qu’en 2016 qu’il bascule et décide de devenir photographe professionnel. Ses travaux couvrent de nombreux sujets : paysages, architecture, portrait… La particularité de ses réalisations réside dans leur approche expérimentale, faisant largement usage de filtres infrarouge et ultraviolet, permettant d’étendre le domaine spectral de ses clichés. Par exemple, dans sa série « Périg’Or Jaun », Pierre-Louis Ferrer aborde les paysages typiques de la Dordogne avec la technique de la photographie infrarouge numérique, offrant un résultat de végétation surprenante, variant dans une palette de jaunes vifs et lumineux. Il trouve ainsi le moyen de nous faire redécouvrir la beauté de la région, tout en faisant un clin d’œil aux quatre appellations touristiques du Périgord vert, noir, blanc et pourpre. On peut aussi trouver dans son portfolio d’autres séries de paysages avec des végétations capturées en infrarouge dans une gamme plus classique de rouges, mais tout aussi surprenantes. « Hail to the sun » est une série de portraits montrant des modèles photographiés à l’aide de filtres ultraviolets. Il met ainsi en valeur de nombreux détails de la peau, normalement invisibles à l’œil nu. Ce procédé permet à Pierre-Louis Ferrer de rendre visible ce qui ne l’est pas et de mettre en avant le temps qui passe. Un artiste à découvrir plus en lumière sur son site : http://www.plferrer.photos/portfolio/

Etpa - Actualités