Les inscriptions pour la rentrée sont toujours ouvertes ! (Hors Parcoursup)

Je m'inscris
johanna-senpau-serie-les-femmes-au-coeur-de-la-crise.jpg

[ENTRETIEN] avec Johanna Senpau, "Des femmes au coeur de la crise"

29/04/2021 - 7 minutes
Actualité

C'est à l'occasion de la publication de sa série documentaire Des femmes au cœur de la crise, dans le prestigieux quotidien du monde de la photographie et de l'image 9LIVES, que notre ancienne étudiante Johanna Senpau nous livre quelques mots.

Le temps d’un tête-à-tête en toute simplicité, elle accepte de nous raconter son parcours depuis sa sortie de l’école et nous confie même ses projets à venir.

De l'école ETPA à Hans Lucas

Comment as-tu intégré le monde professionnel de la photographie ?

"Dès que je suis sortie de l’école, j’ai essayé de me faire une place. J’ai dû contracter un crédit pour financer ma troisième année de formation à l’ETPA ; alors une fois diplômée il fallait que je vive de la photo. Et puis, au-delà de mon prêt, ma formation de photographe était une reconversion professionnelle, donc je me devais, personnellement, de réussir.

Au début, j’ai démarché beaucoup d’entreprises, j’allais dans les clubs d’entreprises. Et tout cela m’a apporté des clients. Ayant des compétences techniques solides, je pensais être plus légitime dans la photographie d’entreprise. Je sais que certains photographes considèrent les contrats photo tels que l’immobilier, l’événementiel ou les photos de trombinoscope d’entreprise, comme de la « petite photographie » ; mais concrètement, ce sont des travaux tellement récurrents et rapides que c’est ce qui m’a permis de me dégager rapidement un salaire fixe.

J’ai toujours continué de faire du photoreportage à côté, comme Bloc 12, qui m’a pris 2 ans. Mais à cette époque je ne pensais pas pouvoir réussir dans ce qui me plaisait vraiment ; d’autant que je ne connaissais pas les codes de la presse.

 Aujourd’hui cela est différent. Depuis la naissance de ma fille, je me suis recentrée, j’ai pris conscience que je voulais explorer ce qui me plaisait vraiment et que je voulais développer le côté reportage. C’est pour cela que je suis rentrée chez Hans Lucas.

Je trouve ce collectif très intéressant. Il me permet d’apprendre les codes de la presse et de repenser à cette photographie qui me faisait envie mais que je mettais de côté pour m’assurer une situation financière. Aujourd’hui je n’ai plus cette urgence. Il est clair que je ne fais pas de la photo documentaire ou d’auteur pour gagner ma vie, mais au moins je fais ce qui me plait.

Bien sûr, la consécration serait d’arriver à ce que mes travaux soient publiés, à ce que mon travail soit reconnu. Lorsque l’on manque de confiance en soi, on apprécie forcément que les autres reconnaissent votre travail."

Peux-tu nous parler un peu de la série Des Femmes au cœur de la crise, qui vient d’être publiée dans le magazine 9LIVES ?
D’où vient la réflexion qui t’a amenée à ce reportage ?

"À la base j’avais prévu de faire une série sur les commerçants au sens large, hommes et femmes. Lorsque j’ai commencé à travailler sur ce sujet, je ne savais pas vraiment pourquoi je le faisais, puis, à force d’interroger ces personnes, je me suis rendue compte que cela me faisait un bien fou. J’ai ressenti un effet miroir entre leurs témoignages et ce que j’éprouvais. Moi aussi cette situation de crise sanitaire m’affecte et c’était agréable d’en discuter avec eux, d’avoir cet échange.

Au fur et à mesure, j’ai fait le choix d’axer mon reportage sur les femmes car le reflet entre elles et moi était plus fort ; je m’y retrouvais plus. Et puis, lors de mes échanges, ce sont surtout les femmes qui prenaient la parole. À ce moment-là je suis aussi rentrée chez Hans Lucas, où l’on m’a conseillée d’axer mes reportages de fond.

J’ai tout de même proposé cette série dans sa totalité pour des concours."

Tu as l’air d’être une touche à tout.
À quoi as-tu envie de te frotter en ce moment ?

"Actuellement, je travaille sur deux projets très différents. Le premier est un reportage destiné à la presse ; et l’autre relève d’avantage du travail d’auteur.

Le reportage traite d’un refuge animalier et des animaux maltraités qu’il recueille. Je souhaite dénoncer cette maltraitance, raconter leurs histoires et créer de l’empathie pour eux à travers mes photos.

J’essaie toujours de faire ressortir le positif lorsque j’aborde des sujets difficiles. Lorsque j’ai fait ma série Welcome to the City, sur les migrants de Calais, il m’était difficile de les photographier dans leur misère. Du coup j’ai pris le parti de montrer les clandestins qui s’étaient improvisés commerçants, créant une ville improbable, avec une vie sociale organisée ; malgré les conditions dans lesquelles ils vivent. Je voulais montrer cette force.

Le deuxième sujet sur lequel je travaille est amusant puisque c’est lui qui est venu à moi. Il s’agit d’un travail sur un couple dominant-dominé. C’est l’un des partenaires de ce couple qui m’a contacté après avoir vu ma série Désir Obscur.

Je trouve intéressant de voir comment je vais réagir face à cela car je suis plutôt d’une nature pudique. Mais je crois que mon envie d’apprendre et mon intérêt pour les autres dépassent cette pudeur. Avec ce sujet, je découvre un milieu qui m’était inconnue, je prends conscience du respect qu’il y a dans cette pratique, entre les partenaires ; et j’apprends beaucoup en discutant avec ce couple. Ce travail est vraiment très intéressant et je pense que ce sera un sujet sur du long cours."

Tu serais plus heureuse d’être publiée sur un sujet presse ou auteur ?

"Je mets la même implication dans les deux. Mais je pense que je me vois plus un avenir dans le documentaire. J’aime m’intéresser aux autres, et je retrouve cela dans la photo documentaire. Ce qui me plaît c’est d’échanger et d’apprendre des autres.

Mes travaux d’auteur relèvent d’avantage du plaisir personnel."

Indiscrétions photographiques 

Quel est ton matériel et pourquoi ?

"La plupart du temps je travaille avec un Reflex Nikon D610. Il est pratique pour bosser.

Mais j’ai plusieurs optiques, selon ce que je souhaite réaliser. Ceux que j’utilise le plus souvent sont un 24x70 pour les photos d’entreprise et un 16 millimètres pour l’architecture. Toutefois j’ai aussi un un 50mm et un 24 à décentrement. J’ai aussi un Quadra Elinchrom et du matériel de studio ; en bref, je m’adapte.

Pour certains de mes reportages, j’utilise aussi un Fujifilm X100F. L’avantage de cet appareil c’est qu’il est petit et qu’il ne fait pas de bruit. Il est d’ailleurs pratique pour les photos que je réalise actuellement au refuge animalier, car ça me permet de ne pas effrayer les animaux.

Pour mon travail sur le couple, je leur ai donné un Polaroïd qui accompagnera la série que je ferai avec le Fujifilm.

J’ai oublié de te dire la dernière fois que j’ai plus que deux optiques, le 24x70 et le 16mm sont les plus utilisés mais j’ai aussi un 50 mm et un 24 à décentrement. J’ai aussi un Quadra Elinchrom et du matériel de studio. Sinon à part ça, c’est bon tu peux le publier."

Que t’apporte la photographie ?

"La photographie m’apporte beaucoup psychologiquement, et à plusieurs niveaux.

Chaque boulot, chaque série que j’ai faite, m’apporte personnellement. C’est une expérience de vie à chaque fois. Par la photo je ressens de l’amusement, et l’envie de maîtriser de nouvelles techniques. Mais cela me permet aussi de bousculer mes codes."

(Crédit Photo portrait : crédit photo : Christian Sanna)

johanna-senpau-serie-les-femmes-au-coeur-de-la-crise.jpg
johanna-senpau-les-femmes-au-coeur-de-la-crise-stephanie-du-cinema.jpg
johanna-senpau-portrait.jpg
Sur la même thématique
minia-lionel-hahn-2

[TÉMOIGNAGE D’ANCIENS] Lionel Hahn, photographe éditorial et commercial

12 juin 2024

Découvrez le portrait de Lionel Hahn, photographe indépendant diplômé du BTS Photographie à l'ETPA en 1994. En 30 ans de carrière sur les tapis rouges des plus grands festivals du monde entier, les terrains de foot, et même sur de grands événements politiques majeurs, Lionel a vu beaucoup d'images défiler à travers son objectif.Il se remémore ces moments à l'ETPA :Vivez vos rêves, allez-y. Ne pas s'arrêter sur l'échec, rebondir, y croire, mais si vous vous lancez dans différents projets, soyez les meilleurs. Vu le niveau général aujourd'hui, il faut vraiment pousser le curseur haut. Une fois que le cursus est haut : RÉSEAU, RÉSEAU, RÉSEAU. On ne travaille pas sans réseau même si on est le meilleur. Des paroles qui résonnent encore dans les couloirs de l'école et qui reflètent très justement son parcours, où Lionel n'a pas eu peur de saisir des opportunités dont personne ne voulait pour commencer sa carrière. Ce choix lui aura d'ailleurs été bénéfique et lui aura permis ensuite d'évoluer et d'être présent sur des événements sportifs et soirées du monde entier comme les Oscars, le Superbowl et autres. Il revient d'ailleurs sur la richesse du réseau de l'ETPA, il croise très souvent des anciens de l'école dans son quotidien, et nous raconte également les liens qu'il a pu souder au sein de sa promo avec qui il est toujours en contact 30 ans après son diplôme.Retrouvez l'interview en intégralité sur notre chaîne YouTube : 

Etpa - Actualités
expo-gaumont-carre

[EXPOSITION] L'ETPA expose au cinéma Gaumont Labège

06 juin 2024

L'ETPA et le cinéma Gaumont Labège organisent du 8 au 30 juin une exposition photo réalisée par nos étudiants de 3ème année d'Approfondissement sur diverses promotions. Cette exposition est une occasion de découvrir un panel de 25 photos réalisées sur plusieurs années par nos anciens étudiants, aujourd'hui diplômés, lors de leur dernière année à l'ETPA.Un éventail de talents et de créativitéCette série multi sujets, réunit les œuvres de différentes promotions passées par l'école et témoigne de la diversité des approches photographiques développées par nos étudiants lors de leur parcours à l'ETPA. Chaque photo nous plonge dans un univers différent et raconte une histoire unique, capturée à travers l'objectif d'étudiants, aujourd'hui photographes professionnels. L'ETPA, 50 ans de savoir-faireDepuis 50 ans, l'ETPA s'engage à former les photographes de demain, en leur offrant les outils et les connaissances nécessaires pour exceller dans leur art. Cette exposition représente l'étendue de notre enseignement ainsi que sa diversité, en oscillant entre photographie d'auteur, publicitaire, et en passant même par du documentaire.Infos PratiquesDates : Du 8 au 30 juinLieu : Cinéma Gaumont Labège105 Av. la Méridienne, 31670 Labège Découvrez quelques photos présentes lors de cette exposition : © Antonio Martinez Mansilia© Caroline Andrivon© Elena Godefroy© Léo Duthoit© Noémie Lecampion© Thomas Duchene

Etpa - Actualités
vincentlasserre-mg-9210

[ALUMNI] Un ancien élève immortalise Vincent Dedienne à l'Olympia

30 mai 2024

Vincent Lasserre, ancien élève de l'ETPA diplômé du BTS Photographie en 2017, a récemment eu l'opportunité exceptionnelle de photographier Vincent Dedienne en pleine représentation à l'Olympia. Retour sur cette expérience unique où l'art de la photographie rencontre la magie du spectacle.Vincent Dedienne et son photographe Vincent Lasserre / © Vincent LasserreContexte de l'événementLes 23, 24 et 25 avril 2024, Vincent Dedienne, célèbre comédien et humoriste français, a enchanté le public parisien avec son deuxième seul en scène intitulé « Un soir de Gala ». Ces trois soirées consécutives à l'Olympia ont été l'occasion pour l'humoriste de montrer l'étendue de son talent, et pour le photographe de réaliser un reportage photographique inédit. Une collaboration de longue dateLa collaboration entre Vincent Lasserre et Vincent Dedienne ne date pas d'hier. Leur première rencontre remonte à 2017, à Lyon, lors de la réalisation du tout premier portrait d'artiste de Vincent. Cette première collaboration, marquée par une alchimie immédiate, a été le point de départ d'une série de projets communs : « Les choses se sont faites très facilement », raconte le photographe. Connaissant bien l’humoriste ainsi qu’une partie de son équipe, on lui a naturellement proposé d’immortaliser ces trois soirées mémorables à l'Olympia.Vincent Dedienne, pour S’il se passe quelque chose / © Vincent LasserreUne immersion au cœur du spectaclePour Vincent Lasserre, ces trois soirées à l'Olympia ont été riches en émotions et en découvertes : « Ce qui est trépidant, c’est d’être au milieu de cette fourmilière, que ce soit sur le plateau avec les techniciens ou dans les loges avec Vincent », confie-t-il. Il a pu capturer des moments intimes et rares, se faufilant discrètement dans les coulisses à la recherche du cliché qui saura marquer l’instant. Chaque représentation, bien qu’en apparence similaire, offrait une expérience unique. Vincent a observé comment les réactions du public et les ajustements scénographiques faisaient de chaque soirée un moment unique.Travailler avec l’équipe de Vincent Dedienne a également souligné l'importance du lien humain et du travail en équipe dans le spectacle vivant : « Nous sommes en lien direct et permanent avec tous les acteurs, que ce soient les régisseurs, la production, les techniciens son et lumière, les maquilleurs », explique-t-il. Pour lui, ces interactions enrichissent chaque projet et l’intéressent particulièrement, bien que d’autres branches des métiers de la photo soient plus solitaires et conviennent très bien à d’autres photographes comme le métier de photographe animalier.Une journée type à l'OlympiaNous avons voulu en savoir plus sur le déroulement de ces trois soirs dans la peau d’un photographe auprès de Vincent qui nous a détaillé en détail son emploi du temps :« J’arrivais généralement vers les 17h à l’Olympia. Je rejoignais ma loge perso (assez fou ça d’ailleurs) pour installer mon matériel et monter mes objectifs. À cette heure-ci avaient lieu les répétitions sur scène. S’en suivait pour moi une déambulation dans les loges avec Vincent jusqu'à 20h début de la première partie. 20h40 entrée de Vincent sur scène. Une vraie partition de musique. Pour sa première représentation sur scène j’étais plutôt spectateur et en repérages pour voir les moments intéressants à photographier le lendemain. Et puis retour en loges après le spectacle pour suivre Vincent à la rencontre de ses invités et amis venus le voir.J’ai commencé mes retouches de post-production au fur et à mesure pendant les matinées et après-midi suivantes, car mine de rien c’est beaucoup de clichés en peu de temps et je ne voulais pas être débordé à l’issue des trois dates. La seule chose que j’avais préparée en amont, c’est la mise en scène que je voulais faire pour les portraits de Vincent, le deuxième jour. J’avais chez moi en stock ces cotillons rouges depuis quelques années sans trop savoir comment les utiliser, jusqu’à cette occasion - qui justement se prêtaient bien à l’ambiance du fameux Rouge-Olympia. Sans oublier le clin d’œil avec le premier spectacle de Vincent où il arrivait nu sur scène avant de s’habiller devant le public dans la pénombre !La magie des portraits d'ArtistesLa photographie de portraits d'artistes est un domaine qui passionne Vincent Lasserre : « je crois que c’est l’adrénaline que ça procure », nous confie-t-il. Ces séances sont des moments suspendus où il oublie la notoriété de son sujet pour se concentrer sur la réalisation de sa vision artistique.Un souvenir marquant pour le photographe reste son tout premier portrait avec Vincent Dedienne. Il se souvient également d’une séance avec Guillaume de Tonquédec et Claire Keim pour la pièce de théâtre « La Garçonnière », où une improvisation de dernière minute a abouti à un cliché inattendu mais magique. Claire Keim, en bigoudis, a proposé une photo spontanée, soulignant la beauté des moments imprévus.Claire Keim, pour La Garçonnière / © Vincent LasserreVincent, avec son œil de photographe aguerri et sa capacité à capturer l'essence de chaque instant, a su immortaliser ces trois soirées magiques à l'Olympia. En témoignent son parcours et ses expériences auprès de nombreux artistes, où le talent et les relations humaines se rencontrent pour créer des œuvres marquantes. Ces expériences, riches en émotions et en moments partagés, représentent la magie qui peut naître de la rencontre entre l'art de la scène et celui de la photographie.Retour sur ces 3 soirées en images : Vincent Dedienne, pour Un Soir de Gala / © Vincent LasserreMuriel Robin et Vincent Dedienne en loge, après sa représentation / © Vincent LasserreVincent Dedienne dans sa loge avant sa montée sur scène / © Vincent LasserreRépétitions de Vincent Dedienne sur la scène de l’Olympia / © Vincent LasserreRépétitions de Vincent Dedienne, Arthur et Maxime Le Forestier sur la scène de l’Olympia / © Vincent Lasserre

Etpa - Actualités