kurtiss lloyd

Kurtiss Lloyd photographie le Bolchoï !

31/10/2017 - 2 minutes
Actualité

Le photographe britannique Kurtiss Lloyd a visité pour la première fois de sa vie la ville de Moscou.

Il s’est retrouvé à la fois surpris et fasciné par les contrastes entre la dimension majestueuse des monuments historiques, et la sévérité rigide et stoïque des constructions modernes.

Lui-même ancien danseur, il en a profité pour prendre contact avec l’école de ballet du Bolchoï, afin d’y rencontrer des danseurs et développer avec eux une série de photos visant à représenter visuellement cette sensation.

À travers une série de clichés en noir et blanc, Kurtiss Lloyd fige ainsi la beauté des corps des artistes avec en fond les toits gris et mélancoliques du Moscou d’aujourd’hui.En sortant les danseurs de leurs habituelles dorures et autres scènes à rideaux de velours, cette approche très contemporaine souligne les paradoxes omniprésents dans l’architecture de cette ville, à mi-chemin entre les vestiges du passé et la modernité galopante.

En outre, on peut aussi découvrir sur son site une grande diversité de sujets et de techniques, à travers lesquels on distingue une sensibilité toute particulière pour les portraits et l’esthétique de ses mises en scène.

Son travail sur les regards se révèle aussi particulièrement soigné et la grande diversité des sujets capturés mérite vraiment le détour.

Rendez-vous sur son site.

59f88506ba218.jpg
59f88507162cc.jpg
59f88506d4cd7.jpg
59f88507725ff.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités