Différence entre image originale et image avec couleurs et lumière retouchées

LES FORMATS D’IMAGES (3/4) - Les différences majeures entre JPG et HDR

16/04/2015 - 3 minutes
Actualité

Continuons notre série de billets dédiés aux principaux formats d’images utilisés dans le monde de l’image et de la photo numérique avec les principales différences entre les formats JPG et HDR.

Comme déjà expliqué dans notre billet "Qu'est-ce que le HDR/HDRI", il y a de nombreuses différences entre ces deux formats. Ils sont aujourd'hui gérés par la plupart des appareils photo numériques, reflex, hybrides et même de plus en plus de bridges et de téléphone portables.

Le principal avantage du JPG réside dans le poids des fichiers qu'il génère. Une photo de 3000*2000 pixels pourra peser 1 ou 2 Mo en JPG, contre 20 ou 30 Mo pour son homologue HDR pour une même résolution (NEF, RAW, ou autre équivalent selon le constructeur). Cette différence s'explique par la quantité de données gérées par ce format.

S’il est difficile de voir une différence entre les deux à l’œil nu, sur le petit écran de votre boitier, une fois chargée dans votre logiciel de retouche, il suffit de zoomer à 200% pour voir la différence, et c’est loin d’être tout ! Tout d'abord, on peut noter que la compression des fichiers JPG génère des artefacts rapidement visibles quand on zoom sur une image. L'autre point fondamental concerne la plage de lumière et de couleurs capturées par votre appareil et incorporées dans ces fichiers HDR.

La gamme de couleurs et de nuances de lumière capturées va vous permettre de modifier et de corriger considérablement vos clichés originaux, qu’il s’agisse de simples retouches ou d’effets plus ou moins complexes.Ce format intègre aussi ce que l’on nomme communément des métadonnées. Ce sont des informations sur l'appareil et l'objectif utilisés, l’ouverture, la sensibilité du cliché, mais cela va aussi jusqu’à intégrer les données GPS de l’image, le copyright de l'auteur, et bien plus quand le boitier le permet.

Ce format offre donc un contrôle et un confort bien plus important sur la retouche photo. En quelques années, c’est devenu un outil incontournable pour les photographes pros et amateurs qui ont franchi le cap du tout numérique. Nous y reviendrons dans un prochain billet consacré aux logiciels de retouche photo.


LES FORMATS D’IMAGES (1/4) - Les principaux formats
LES FORMATS D’IMAGES (2/4) - Qu'est-ce que le HDR/HDRI
LES FORMATS D’IMAGES (4/4) - Les principaux outils pour la retouche photo

551a9cc89efc1.jpg
551a9cf9c291a.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités