5a7c1543161e8.jpg

Les grands témoins de la photographie

07/02/2018 - 1 minute
Actualité

Pour la seconde intervention dans le cadre du cycle annuel 2017-2018 « Les grands témoins de la photographie », Pauline Auzou, responsable de la photographie au magazine Vogue Paris et ancienne étudiante de l'ETPA, vient de rencontrer les étudiants en formation Photographie.   

Parmis les thèmes abordés, elle a montré comment sont "fabriquées" les séries mode d'un magazine comme Vogue Paris.
Pour ce faire, Pauline a pris pour point de départ une série de mode publiée dans le magazine ; il s'agissait de décortiquer les acteurs qui y contribuent et les contraintes inhérentes à un shoot éditorial de mode.   


Après deux années passées à Sydney, entre autre, comme coordinatrice éditoriale du magazine Dazed & Confused, Pauline Auzou a travaillé à l’Agence Vu au service éditorial pendant plusieurs années avant de devenir responsable de la photographie au magazine Vogue Paris.  

Cette conférence dont la modération était assurée par Philippe Guionie, enseignant en Cultures et Sémiologie de l’image, s'est déroulée à l’école dans l'auditorium.

5a7c152e3d67d.jpg
5a7c13fa18f0b.jpg
5a7b3006e8936.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités