5a7889067b4cd.jpg

Les oiseaux exotiques de Luke Stephenson

02/02/2018 - 2 minutes
Actualité
Luke Stephenson exerce en tant que photographe indépendant en Grande-Bretagne depuis 2005. Originaire de Darlington, au nord-est de l’île, la psyché britannique fait partie intégrante de son œuvre.

Ses séries de portraits sont toujours abordées avec humour. Elles représentent la dimension excentrique de l’Angleterre et abordent des sujets variés, allant de cornets de glace à des visages maquillés, en passant par des œufs déguisés en clown…

Dans sa dernière série, intitulée « An Incomplete Dictionary of Show Birds » (Un dictionnaire incomplet d’oiseaux d’élevage), il s’attaque à des portraits d’oiseaux de différentes espèces.
Ceux-ci prennent la pose un par un sur un perchoir, s’harmonisant avec un fond uni dont la couleur change au besoin. 

En 2009, Luke Stephenson découvre le monde très particulier des concours d’oiseaux, comme il en existe pour les animaux domestiques.  
Depuis il n’a cessé de photographier des espèces de plus en plus rares et exotiques, devenant malgré lui un collectionneur d’images et un observateur passionné.

Mêlant son style particulier au standard formel du portrait en studio, il arrive à insuffler à ces volatiles une présence presque humaine.
Difficile dans l’absolu de faire poser une perruche ; le photographe londonien a dû mettre en place une technique particulière de studio mobile, c’est-à-dire une boîte en bois avec un seul perchoir, afin que l’oiseau se pose toujours au même endroit.

Luke Stephenson expose actuellement sa série à la galerie des photographes à Londres, jusqu’au 19 février.



5a78887eb8fc5.jpg
5a78887e99d28.jpg
5a78887e7e6e5.jpg
5a78887e61ff0.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités