neil Kryszak

Les travaux chromatiques de Neil Kryszak

14/06/2017 - 2 minutes
Actualité

Le photographe et producteur de musique, Neil Kryszak vient de dévoiler sa dernière série de photos intitulée « Chromatic Experiments ».

Réalisé généralement de nuit, son travail sur la lumière et les couleurs transforme des lieux banals en décors surréalistes et mystérieux, dans lesquels le temps semble s’être arrêté.

On y ressent d’ailleurs une très forte influence cinématographique, et s’il est d’origine new-yorkaise, il vit et travaille depuis plusieurs années à Los Angeles.

La proximité de l’univers hollywoodien s’y retrouve profondément, et fait même partie intégrante de sa démarche créative.Ses visuels évoquent souvent des plateaux de tournage, figés dans le temps, juste avant le clap d’ouverture du réalisateur ; les éclairages sont travaillés, les couleurs exagérées, le grain de la caméra rehaussé comme dans un vieux film, mais la vie y est encore absente…

Dans ses travaux, Kryszak évoque son rapport à la vie urbaine et aux grandes villes.

Son regard nostalgique teinte ses images d’un voile ambigu, surréaliste, comme suspendu entre rêve et réalité.

Comme pour ses travaux musicaux ou ses peintures, l’improvisation joue un rôle clef dans son processus artistique, et il admet souvent se laisser porter au hasard des rencontres et des lieux qu’il explore et revisite à travers son objectif.

Pour en voir plus, n'hésitez pas à vous rendre sur son Instagram.

594155ff76af4.jpg
594155ff35ec6.jpg
594155fedb767.jpg
594155febc5a0.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités