Master Of Photography

Master of Photography, quand téléréalité rime avec photographie

16/09/2016 - 2 minutes
Actualité
Après s’être essayé au monde du spectacle, de la musique ou de la danse, les producteurs de télévision profitent de cette rentrée pour lancer un nouveau concept tournant autour de l’image, et plus particulièrement de la photographie.

Intitulé "Master of Photography", ce nouveau show se révèle dans la plus pure tradition des émissions de téléréalité. Il donne ainsi l’opportunité à plusieurs candidats de mettre en avant leurs compétences et leur savoir-faire face à un jury de professionnels (dotés d’un parcours intéressant). 


Avec un style désormais bien rodé, cette nouvelle émission produite par la chaine de télé britannique Sky Arts, met donc en concurrence 12 candidats sélectionnés pour l’occasion.
Ils auront pour mission de s’affronter autour de huit épreuves distinctes, qui se présentent sous la forme d’épisodes donnant lieu à la mise en place d’un exercice de style basé sur un thème imposé par les jurys.

Afin de motiver les participants et les pousser insidieusement à révéler une parcelle de leur côté obscur, le gagnant d’une majorité d’épreuves repartira avec un chèque de 150000€.

Si "Master of Photography" reprend la plupart des codes de ses homologues, il a le mérite de parler de photographie et d’esthétique visuelle à la télé, tout en donnant un aperçu de ce qu’implique le métier et la démarche d’être photographe.

Master of Photography

582436125ef22.jpg
5824363aec423.jpeg
582436298a2ca.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités