nicolas rivals parallele

Nicolas Rivals présente Parallèle

21/07/2017 - 2 minutes
Actualité

Cet ancien étudiant en formation Praticien Photographe de l’ETPA, ayant obtenu le Prix de l’assistant Photographe l’an dernier, a exposé du 31 mai au 27 juin 2017 à la Maison des Arts de Créteil.

Pierre Barbot et Laurent Moynat sont allés voir son exposition intitulée « Parallèle », à l’occasion de la délibération du Grand Prix Photo 2017, à Paris.

« Parallèle, c’est la réunion de plusieurs domaines photographiques à travers la sensibilité d’un même artiste, une histoire de différentes inspirations qui finissent toutes par converger. Comme une force, une obsession transmise, s’assemblant jusqu’à se répondre. » 

4 domaines différents qui se répondent

Cette exposition proposait les différents univers sur lesquels le photographe a travaillé entre 2016 et 2017 :

- « La Linea Roja » : Une ligne rouge tissée au fil d’un voyage à travers l’Espagne, pour relier l’Homme à la nature. Entre poésie, lumière et beauté.

- « On ne lâche rien » : Au coeur du collège Simone de Beauvoir, à Créteil, Nicolas a choisi de photographier les élèves à l’occasion du Cross du collège. Les élèves ne voient pas l’intérêt de courir, ils ne  comprennent pas. 

Les enseignants à leurs élèves «Vous valez autant que les autres, vous êtes capables de vous dépasser, d’aller au bout de vous-même et on va vous le montrer. On va vous suivre, vous relever autant de fois qu’il le faut, vous irez jusqu’au bout et vous en serez fiers. »

- « Saint-Exupéry » : Un projet réalisé avec les élèves de terminale, option Arts Plastiques, du lycée Antoine de Saint-Exupéry. De face, de profil, avec des jeux de transparence, les élèves s’observent et se découvrent. Ce projet a également été exposé à la galerie du Temps Présent, du 9 mai au 23 mai, en collaboration avec Jérôme Le Guillou (proviseur du lycée Saint Exupéry) et Céline Fouqueray (professeur d'arts plastiques).

- « Ça bouge » : Les élèves en classe de CM2 de l’école primaire Lahabette ont étudié la notion de mouvement, accompagnés de Nicolas Rivals, grâce à une recherche photographique qu’ils ont eux-mêmes menée.

Nicolas Rivals, un photographe à suivre.

5971ca6d14e14.jpg
5971ca413e90d.png
5971ca41aa4cb.png
5971ca41e1151.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités