Orchidées thomas balay

Thomas Balay, un photographe diplômé d’agronomie tropicale

13/04/2016 - 2 minutes
Actualité
Thomas Balaÿ a beaucoup voyagé, notamment aux Caraïbes où il a découvert la beauté spectaculaire des fleurs tropicales. De quoi nourrir sa grande passion pour le monde végétal.

Et pour cause : en plus d’être photographe, Thomas Balaÿ est diplômé d’agronomie tropicale. 
 
C’est aux Etats-Unis, en 2000, qu’il a fait de la photographie une activité à part entière. Il a collaboré avec de nombreuses institutions parmi lesquelles le Planting Fields Arboretum d’Oyster Bay et le Marie Selby Botanical Garden. 

 

Pour la première, il est parti sur les traces des arbres centenaires de la région, et pour la seconde, il a réalisé une exposition itinérante, pendant trois années consécutives en Floride, sur les plantes en voie d’extinction.

Originaire du centre de la France, il vit aujourd’hui à Paris. 

 

Pour l’ouvrage intitulé « Orchidées » paru aux éditions Ulmer, Thomas Balaÿ a fait le portrait de soixante-quatre variétés de ces fleurs si singulières, pour l’essentiel sauvages.

Chaque cliché est le prétexte à une information botanique, anecdotique ou historique, racontée par Frédéric Pautz, directeur du Jardin botanique de Lyon. 

Photographiées en gros plan, sur fond noir et de face, les orchidées révèlent leur incroyable diversité et beauté, frisant l’étrangeté comme la perfection.

Elles sont, pour l’artiste, de véritables œuvres d’art créées par la nature et ses millions d’années de co-évolution avec les insectes. 


thomasbalay.com

570e09079ed60.jpg
570e0903888d7.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités