Inscrivez-vous aux journées portes ouvertes de l'ETPA. Rendez-vous le 2 Mars de 10h à 18h pour venir découvrir votre future école.

Plus d'infos
portrait-anthony-jean

Anthony Jean,


Au terme de sa 3ème année d'Approfondissement photographique en juin 2017, Anthony Jean a reçu un prix spécial du jury ; la même semaine il a été récompensé au Grand Prix Paris Match du photo reportage étudiant 2017 avec le Prix Spécial du Jury.

Ensuite il a enchaîné et exposé sur les grilles de l'UNESCO pendant le mois de juillet à Paris pour la remise du prix Félix Houphouët-Boigny. Grâce à ce prix pour la recherche de la paix délivré à l'ONG SOS Méditerranée, il est parti couvrir les sauvetages de migrants au large des cotés libyennes.

Aujourd'hui, il continue à travailler avec ces images et témoigne toujours avec plaisir de ses expériences à l'ETPA.

(crédit photo : @Anthony Jean)

Son site

Etpa - Linkedin Anthony Jean

Pour plus d'informations :

5a54d13ecda92.jpg

Anthony jean, miltant pour les droits de l'homme

09 janvier 2018

Quel est ton parcours depuis la sortie de l’école ? J'ai terminé ma troisième année en juin 2017, avec un prix spécial du jury, la même semaine je recevais également le prix spécial du jury au grand prix Paris Match du photo reportage étudiant 2017. J’étais également exposé sur les grilles de l'UNESCO pendant le mois de juillet à Paris pour la remise du prix Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix délivré à l'ONG SOS Méditerranée avec laquelle je pars couvrir les sauvetages de migrants au large des cotés libyennes. Tout cela m'a donné une bonne visibilité, et j'ai pu remonter pendant 2 mois à bord de l'Aquarius début septembre pour continuer mon travail sur ce massacre en mer aux portes de l'Europe. Je travaille encore avec ces images.   Pourquoi avoir choisi le reportage photo ? Cela fait des années que je milite, je vois l'appareil photo comme un outil indispensable dans la lutte. Je crois au pouvoir des images à véhiculer des idées, à témoigner qu'il puisse y avoir une opposition, des mains levées, une alternative, des étincelles de démocratie... Il faut que ma photo ait du sens, si elle a un impact alors tant mieux, en tous les cas, elle est un témoignage pour l'Histoire.   Qu'est-ce qui t'a poussé à choisi ce sujet ? J'avais 26 ans quand je me suis retrouvé au début du printemps arabe à couvrir la lutte du peuple sahraoui en territoire occupé au Sahara occidental, j'enchaînais l'année suivante sur les camps de réfugiés en Algérie ; j'ai ensuite voulu comprendre le conflit israélo-palestinien, puis est arrivé le conflit syrien ou je suis allé couvrir les arrivées de réfugiés sur les plages grecques : ce sujet est la suite logique de mon travail. La Méditerranée est l'axe migratoire le plus mortel au monde. Il y a 50 000 corps au fond de l'eau dans l’indifférence générale. Mais ce n'est de la "breaking news", je ne vais pas prendre en photo des gens qui se noient, je vais photographier une société civile qui se mobilise pour affréter des bateaux afin de porter assistance à des milliers de gens qui essaient de fuir l'enfer libyen. Photographier un peuple européen qui se met au devoir de faire le boulot de nos Etats.   Comment as-tu pu entrer en contact avec les migrants ? C'est eux qui essaient de rentrer en contact avec nous en nous criant à l'aide. Il suffit juste de tourner notre attention vers le nord de l'Afrique, l'Europe de l'est, vers nos centres de rétention, nos CADA en France... les migrants sont partout autour de nous, c'est une réalité.   Quel est le message que tu souhaites véhiculer ? Il est inadmissible que des gens qui quittent leurs foyers pour fuir une guerre, la détresse économique, un changement climatique, partent sur les grandes routes du monde et rencontrent dans leur malheur de telles difficultés à nos portes. Il faut arrêter d'avoir peur de l’étranger et l’accueillir plutôt comme une richesse. Il y a un droit des peuples à pouvoir se déplacer librement sur la terre.On sait que toutes les vagues migratoires qui ont marqué l'histoire de notre continent ont été bénéfiques. On voit que tous les pays ayant mis en place les meilleurs systèmes d’intégration en perçoivent déjà des retours positifs à court terme dans tous les domaines (notamment dans l'art). Ce n'est pas une question de terre d'accueil, c'est une question de dignité humaine et d'entraide entre les peuples. Il y a des milliers de personnes qui se lèvent pour dire non et aider tous ces gens en détresse, dans les montagnes des Alpes, comme sur les eaux internationales en méditerranée, comme dans chaque département en France...   Sur un travail tel que celui-ci, quelle est l'influence de ton apprentissage à l’ETPA ? L’école m'a d’abord appris à me servir d'un appareil photo, à faire ses armes sur tous les outils informatiques et le matériel nécessaire à la photo numérique d'aujourd'hui, puisque ce sont ceux dont j'ai besoin sur le terrain. Puis, j'ai découvert le monde de l'image, ses codes de lecture et d’écriture pour raconter quelque chose dans un cadre, la sémiologie, l'editing. Comme dit Remi Carayon, enseignant à l'ETPA : "il est facile de faire une bonne image sur un sujet, mais faire dix bonnes images cohérentes sur le même sujet, cela s'apprend".   Quels conseils donnerais-tu aux étudiants qui souhaitent se lancer dans le reportage ? C'est un apprentissage qui ne s’arrête pas à la sortie de l’école. Mais il faut d'ores et déjà comprendre que le temps de shooting pur sur le terrain ne représente que 3% du boulot ; il faut apprendre à parler de son image, monter ses projets, les faire vivre, frapper à des milliers de portes, essuyer les refus et s'autofinancer les sujets. Il faut y croire, écouter sa petite musique, écouter les conseils des expérimentés. C'est un boulot de loup solitaire, de convictions et de questionnements. Explorer l’humanité dans ce qu'elle peut faire de plus beau et de plus cruel, c'est une vie d’imprévus et de rencontres folles ; une approche du monde dans cet état de présence à le photographier avec respect et précision.   Des projets ?Avec d'autres amis photographes nous montons un collectif pour répondre à toutes sortes de commandes. Parallèlement, je compte évidemment repartir au large des côtes libyennes pour approfondir le sujet des sauvetages en haute mer sur lequel je travaille depuis maintenant un an. Cette année, je participe également à un gros projet sur 2 ans avec plusieurs photographes sur un état de lieux des plus grands camps de réfugiés de la planète. Je souhaite également intégrer une agence.   Suivez l'actu d'Anthony JEAN :www.ajean.photography www.facebook.com/anthonyjean.photography www.instagram.com/totasprod

Etpa - Actualités
5a9d76cfeeb16.jpg

Le "Mal de mer" d'Anthony Jean

05 mars 2018

« Mal de Mer » est l'exposition d'Anthony Jean, photojournaliste et ancien étudiant de l'ETPA, qui aura lieu dans les locaux des Laboratoires PHOTON de du 15 mars au 12 juin 2018 à Toulouse.Il a passé plus de 4 mois en mer sur l'année 2017 à photographier des opérations de sauvetages au larges des côtes libyennes, principalement sur l'Aquarius de l'ONG SOS MEDITERRANEE France, pour témoigner.Il se confie sur cette expérience :"Prendre la mer sur les plages libyennes pour rejoindre l'Italie c'est s'engager sur l'axe migratoire le plus mortel au monde, on estime actuellement à 50 000 le nombre de corps au fond des eaux internationales. En 2017, 120 000 candidats à l'exil sont arrivés vivants au bout de ce périlleux voyage.Ces hommes, femmes, enfants fuient la pauvreté, la guerre, la persécution, la torture et l'esclavage, ce qu'ils appellent L'enfer libyen … Aussi lorsque des ONG affrètent des navires pour porter secours à leur embarcation en détresse, il m'est donné de photographier sur le pont de ces bateaux ceux qui ont survécu à l'une des épreuves les plus traumatisantes de leur vie. Avant qu'ils se préparent à accoster sur le sol européen, dans cet instant d'insouciance entre deux mondes, entre ciel et mer, s’opère alors comme une renaissance."A VOS AGENDAS !Ne ratez pas le vernissage le jeudi 15 mars à 18h aux Laboratoires PHOTON, 8 rue du Pont Montaudran à Toulouse.Durée de l'exposition : du 15 mars au 12 juin 2018.

Etpa - Actualités