1654000927-clement-marion-prix-isem-jeune-photographe-2022-2

[ALUMNI] Clément Marion remporte le Prix ISEM !

31/05/2022 - 2 minutes
Actualité

Clément Marion (promotion 2020) récompensé du Prix ISEM Jeune Photographe

Le Prix ISEM Jeune Photographe 2022 a été attribué à Clément Marion, pour sa série Phoenix. Diplômé de l’ETPA en 2020, ce jeune photographe avait déjà été récompensé pour son travail sur cette série dédiée aux grands brûlés, puisqu’il avait remporté la Mention Spéciale du Jury à l’occasion du Grand Prix ETPA 2020.

 

“Spécialisé dans les procédés alternatifs et anciens”

C’est grâce à l’usage d’un procédé technique très particulier, le collodion humide, que Clément Marion est parvenu à donner à ses images une dimension éminemment réaliste : avec le collodion humide - qui consiste en un mélange de collodion et de nitrate d’argent - “la pellicule [...] finit par se durcir, se rétracter, parfois se craqueler et souvent changer de couleur. Le parallèle entre cette texture et celle de la peau cicatrisée des grands brûlés étant évident”, précise le jeune photographe.

Ainsi, le traitement photographique vient mettre en relief la texture de la peau des sujets de sa série, créant une sorte de corrélation entre le contenant et le contenu. De manière plus générale, Clément Marion s’est spécialisé depuis sa sortie de l’ETPA dans les procédés alternatifs et anciens, renouant avec une dimension plus artisanale et unique de la photographie.

 

Une bourse à hauteur de 2000€

Le Prix ISEM Jeune Photographe est une récompense décernée à l’occasion du festival ImageSingulières de Sète, et qui vient gratifier le travail de photographes de moins de 26 ans, résidant sur le sol français. Il offre une dotation à hauteur de 2000€ à son lauréat, ainsi qu’une publication de l’un de ses travaux en cours sur Médiapart. Enfin, le lauréat se voit octroyer le droit d’intégrer une Masterclass de 3e année au sein de l’ETPA. Ce prix, ainsi que le Grand Prix ISEM, ont été créés en 2018 à l’initiative de Mediapart, du festival ImageSingulières et de l’ETPA, afin d’aider et soutenir les jeunes photographes documentaires dans leur pratique.

Félicitations à lui pour son travail remarquable !

 

Clément Marion en bref

Il est né en 1996 à Pertuis (Vaucluse)

Diplômé de l’ETPA en 2020

Son site

1654000927-clement-marion-prix-isem-jeune-photographe-2022-2
1654000924-clement-marion-prix-isem-jeune-photographe-2022-1
1654000933-clement-marion-prix-isem-jeune-photographe-2022-4
1654000930-clement-marion-prix-isem-jeune-photographe-2022-3
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités