Inscrivez-vous aux journées portes ouvertes de l'ETPA. Rendez-vous le 2 Mars de 10h à 18h pour venir découvrir votre future école.

Plus d'infos
5c9a0908042f1.jpg

Focus sur Philippe Grollier

05/11/2018 - 8 minutes
Workshops

Philippe Grollier, ancien étudiant de l'ETPA en photographie et enseignant praticien, expose ses séries sur l'Irlande du Nord. Ce travail a été réalisé dans le cadre du Prix Fidal 2016. Son exposition se déroulera à la Galerie Sparts, du 7 au 24 novembre 2018.
Interview à chaud :

Pourquoi avoir choisi ce projet engagé ?
   
J’ai découvert l’Irlande du Nord en 2002, pendant des vacances estivales. J’ai été choqué par ce que j’y ai vu : les hélicoptères en stationnaire au-dessus de Belfast, des véhicules de polices blindés, des contrôles routiers tenue en joue par des militaires… En Europe, à seulement 2 heures d’avion de Paris. Je me rappelle alors les images que je voyais à la télévision gamin sans rien y comprendre. Ça parlait d’attentats, d’Irlande, d’IRA (s). J’ai décidé alors de creuser le sujet, et j’ai commencé à apprendre l’histoire de l’Irlande et des Irlandais. Dans un livre « Avoir Vingt à Belfast », Sorj Chalandon parle des accords de paix de 1998, signés 4 ans plus tôt. Je réalise alors que personne ne se soucie plus du pays et des troubles qui ont marqué la fin du vingtième siècle   

Peux-tu nous parler de ta série exposée ?    
Il y a plusieurs series, ci joint les textes correspondants :   

Peacewall

Ils sont au nombre de 99. Quatre-vingt-dix-neuf « murs de la paix » faits de briques et de tôles, parfois rehaussés de grillages, destinés à séparer les communautés catholiques et protestantes, à Belfast. En dépit de l'accord de paix signé en 1998, les cicatrices de la guerre civile sont toujours visibles dans les rues de la capitale d’Irlande du Nord. Et la cohabitation apaisée entre les communautés n'est toujours qu'une utopie dans cette province de 2,1 millions d’habitants. Aujourd'hui encore, les enfants catholiques et protestants ne partagent pas les mêmes bancs à l'école, ne vont pas dans les mêmes clubs de sport, car à Belfast, hormis le centre-ville, seuls 5 % des quartiers sont mixtes. Les habitants des zones disposant d’un mur de la paix ne se sentent pas suffisamment en sécurité pour imaginer que ces barrières symboliques puissent tomber prochainement. Pourtant, leur destruction est programmée à l'horizon 2023 par le gouvernement nord-irlandais.     

No Border

L'accord du Vendredi saint ou accord de Belfast, signé en 1998, a marqué la fin de trois décennies [1969-1998] de conflits armés entre loyalistes pro-anglais et républicains irlandais. L'un des termes des accords de paix notifiait la suppression de la frontière physique et des checkpoints entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord (Royaume-Uni). Si la paix a été maintenue ces vingt dernières années, grâce aux fonds européens pour la paix et la réconciliation en Irlande du Nord, le vote pour le Brexit met celle-ci en danger. Les tensions et les attaques entre les deux communautés n'ont jamais été aussi élevées depuis vingt ans.  Des négociations sont en cours pour établir une frontière flexible (appelé backstop ou « filet de sécurité ») jusqu’à 2020, avec une frontière ouverte, qui laisserait l’Irlande du Nord dans l’union douanière de l’Union européenne (UE). Mais les Britanniques, et Theresa May en particulier, ne le souhaitent pas, craignant, à terme, l’unification de facto de l’île d’Irlande et donc la sortie de la province nord irlandaise du Royaume-Uni. Mais, au quotidien, une frontière dure, ce serait, entre autres désagréments, le rétablissement des contrôles, ce qui est impensable pour les républicains irlandais. Ainsi que pour l’UE et le Royaume-Uni.    


The Strand 

Short Strand est la seule enclave irlandaise d’environ 2 000 âmes à être noyée dans la partie est de Belfast, presque à 100 % loyaliste. Le Strand est entouré de murs surmontés de grillages pour parer à toute attaque sectaire. Beechfield Street et Madrid Street sont coupées en deux, et les rues dessinées par les services secrets britanniques n’ont qu’une issue. Chaque été, le quartier est verrouillé par la police afin que les loyalistes de toute l’Irlande du Nord puissent y parader au son des marches militaires. Un autre mur, en métal cette fois, renforcé par des blindés, ceinture le quartier. Nul n’entre ou ne sort. Ceux qui travaillent à l’extérieur doivent prendre un jour de congé.     

Sons of Peace

Ils sont nés entre 1998 et 2000. Ils sont la première génération à grandir dans un pays pacifié, après des dizaines d’années de « troubles ». « Our revenge will be the laughter of our children » (Notre vengeance sera le rire de nos enfants), disait Bobby Sands, symbole de la lutte nationaliste irlandaise et de l’IRA. Lorsqu’ils parlent du conflit aujourd’hui, les teenagers ne veulent pas laisser filer leur chance. Pour les plus aisés d’entre eux, ils ne retourneront pas en arrière. Pour ceux des classes défavorisées, le Brexit risque de rallumer des braises encore chaudes.   Bullet proof windows  Les peacewalls et interfaces sont les remparts visibles aux violences communautaires. Pour prévenir les attaques ciblées, les habitations sont aussi équipées de fenêtres pare-balles (Bullet proof windows), parfois surmontées de grillages. On les remarque dans New Lodge, Ardoyne, Short Strand, grâce à leurs teintes bleu-vert plus denses. Leur mise en place est subventionnée par le gouvernement… Ce n’est pas sans rappeler le principe américain de poser des détecteurs à l’entrée des universités au lieu d’abolir le port d’arme.          

Avec quoi as-tu travaillé ?   
Chambre 4X5 en argentique, et moyen format GFX prêté par Fuji en numérique (partenariat Fujifilm depuis 2 ans)     

Parallèlement, tu enseignes à l’ETPA, comment lies-tu les 2 ? quel est ton rapport à l’enseignement et aux étudiants ?     
Je continue à travailler comme photographe en commande presse ou communication. Ce qui me permet de financer et de prendre le temps de produire des travaux personnels. J’ai commencé à enseigner il y a 3 ans, par envie de nouvelles expériences et de vouloir transmettre aux futurs photographes, ce qui est très passionnant. J’essaye d’utiliser mon expérience pour mettre les étudiants dans une démarche d’auteur. Le but étant pour moi de les mettre dans une dynamique de création, d’anticiper les prises de vue, de créer des histoires et trouver leur propre écriture     

As-tu des conseils à donner aux étudiants ?   
Produire, être curieux, regarder observer, se nourrir l’œil d’images, de peinture, de films… Plus ils auront de bagages culturels, plus ils seront à l’aise dans leur travail.     
Quels sont tes projets ?     
Toujours les accords de paix en Irlande du nord. La prochaine série sera réalisée après le Brexit. J’ai commencé un autre projet en France, La ville des Fous que je pense finir fin 2019.

Vernissage mardi 6 novembre 2018 de 18h à 21h - Galerie Sparts - 41, rue Seine Paris (6e)

Pour en savoir plus sur le travail de Philippe Grollier : 
site : https://www.philippegrollier.com/
Instagram : https://www.instagram.com/phgpphg/
Facebook : https://www.facebook.com/philippe.grollierphotography

5be05c8a73a23.jpg
5be05c8acc978.jpg
5be05c8b2d407.jpg
5be05c8b83410.jpg
Sur la même thématique
jane-evelyn-atwood-potrait2.jpg

Interview de Jane Evelyn Atwood

11 février 2021

30 ans d’intervention à la section photo de l’ETPAFêtant cette année, ses 30 ans d’intervention à l’ETPA, Jane Evelyn Atwood est une fidèle de l’école. Chaque année, nos étudiants ont ainsi l’honneur de l’accueillir et de découvrir le parcours professionnel de cette photographe franco-américaine.Tel un passeur de relai, Jane Evelyn Atwood vient raconter les différentes étapes de sa carrière de photographe, de ses débuts, 19 rue des Lombards, jusqu’à aujourd’hui.La rue des Lombards c’était mon ETPAEntretien avec Jane Evelyn AtwoodQue souhaitez-vous transmettre lorsque vous venez raconter votre parcours aux étudiants de l’ETPA ?La passion ! Mais aussi l’expérience. Ça fait longtemps que je fais de la photographie ; j’ai appris de mes erreurs et je leur transmets cela en espérant qu’ils pourront être avertis plus rapidement que je l’ai été. Je suis contente de pouvoir les aider et les inspirer en partageant mon vécu.Je souhaite également leur faire prendre conscience de la difficulté qu’il y a à être photographe. Car même si c’est une passion, ce n’est pas facile. C’est compliqué de devenir photographe, quelle que soit l’époque, et il n’y a pas de mode d’emploi. Selon moi, être photographe est quelque chose qui vient du cœur, des tripes. Il faut que ça soit une passion. Et surtout, il faut avoir quelque chose à dire. Quel est, selon vous, le plus important lors de l’apprentissage de la photo ?Avoir une base technique suffisante pour être capable de faire de la photographie sans penser à la technique.Lorsque l’on conduit une voiture manuelle : on conduit sans penser aux changements de vitesse, on fait ça de manière automatique et l’on regarde uniquement ce qui vient vers nous. Pour moi, il en va de même en photographie. Evidemment, c’est plus facile aujourd’hui, grâce au digital. La technologie du numérique permet d’avoir une marge d’erreur bien plus grande qu’à mes débuts. Lorsque j’ai commencé la photographie, il fallait être précis sur la lumière, sinon on pouvait jeter le diapositif. De la même manière, il fallait décider dès le départ si l’on souhaitait travailler le sujet en noir et blanc ou en couleur. Aujourd’hui la question ne se pose plus puisque l’on peut changer cela après la prise de photo. Justement, vous qui travaillez le noir et blanc, mais aussi la couleur ; diriez-vous que la façon d’aborder le travail est différente en fonction du choix qui est pris ?Complètement ! Pour moi, le sujet va demander d’être fait en couleur ou noir et blanc. Pour mes travaux personnels, ce n’est pas moi qui décide, c’est le sujet qui l’impose. Même s’il est vrai qu’à mes débuts je travaillais en noir et blanc parce que cela était moins cher que la couleur. Vous qui parlez "d’obsession" pour les sujets que vous choisissez ; quand savez-vous que votre travail est terminé et abouti ?Mon travail est très personnel, et chacun de mes sujets commence par une interrogation de ma part. En effet, lorsque je choisis un sujet à photographier, je ne le connais pas du tout. J’apprends à le comprendre en le photographiant. Au fur et mesure que je trouve des réponses à mes questions, d’autres interrogations s’imposent à moi. Et cela continue jusqu’à ce que je puisse apporter une réponse à toutes mes questions. Je dirais donc que j’ai fini lorsque je n’ai plus de question, lorsque j’ai travaillé le sujet de A à Z. Mais je pense que c’est surtout un ressenti. Il n’y a pas de moment exact où je me suis dit que j’étais arrivée au bout de mon travail ; c’est un feeling qui s’impose à moi. Je vous avoue que, même aujourd’hui, je ne suis pas sûre de moi. De ce fait, j’ai une tendance à rester longtemps sur mes sujets. Mais je ne pense pas que cela soit un défaut, car il est très important d’être en accord avec soi-même lorsque l’on décide d’arrêter un sujet. Diriez-vous que la relation que vous avez avec vos sujets pourrait être comparable à une relation amoureuse ?C’est toujours une relation d’amour. Et même si je suis triste lorsque j’arrête de travailler sur un sujet ; je ne leur dis pas Adieu. Je m’interdis de penser que je ne reviendrais jamais sur ce sujet car si je faisais cela, je serais alors bien trop triste d’arrêter. Et puis, de toute façon ce n’est pas comme cela que ça se passe. Par exemple, lorsque j’ai sorti mon livre sur les prisons (Trop de peines. Femmes en prison), j’ai eu plusieurs autres commandes sur l’incarcération. On compare votre façon de travailler à celle d’un cinéaste. Pour vous, quelle est la différence entre le cinéma et la photographie ?La grande différence est évidemment qu’avec le cinéma, ça bouge. J’adore le cinéma, et j’aurais pu tenter ma chance dans ce milieu, mais j’étais tellement occupée avec mes photos que je n’ai pas eu le temps d’essayer autre chose. Personnellement, je ne fais pas plusieurs choses à la fois. J’en suis incapable ! Et c’est donc pour cela que j’ai toujours fait de la photographie. Quand je travaille sur un sujet, je ne veux pas me disperser.Toutefois je suis flattée de cette comparaison. Beaucoup de personnes m’ont dit que mon travail sur la Rue des Lombards était cinématographique, que cela soit à cause de la lumière, du manque de lumière ou même de l’ambiance. Cela me fait toujours très plaisir. Pour vous, quelle est la qualité essentielle pour faire du photoreportage ?L’honnêteté ! Il ne faut pas tricher ou faire de mise en scène. Le photographe doit photographier ce qu’il a devant les yeux. Et je pense que cela n’est pas négligeable car il faut arriver à le faire de façon à captiver le public.Je dirais que la deuxième qualité essentielle est l’éthique, car je pense que, plus que toute autre sorte de photographie, on regarde le photojournalisme comme une sorte de vérité.Pour exemple, la femme que j’ai photographié en train d’accoucher menottées. À cause de cette photo, l’on sait que c’est ainsi que cela se passait en 1996, aux USA. Et c‘est très important car cette photo a aidé à changer cette pratique.Mais même si cela ne change pas, la photo est une preuve que cela existe et ça c’est primordial.Personnellement, j’aime être considérée comme une photographe et non pas comme une photojournaliste ou une reportrice. Je trouve cela trop sectaire, et je tiens à ma liberté de photographe. J’aborde tel ou tel sujet selon ce que je considère nécessaire pour ce sujet, sans rester bloquée dans une case. À quel moment vous êtes-vous sentie photographe ?Cela est arrivé longtemps après mon premier travail, sur les prostituées. Je pense que j’ai pris conscience que j’étais photographe lorsque j’ai remporté le Prix W. Eugene Smith, même si lors de l’obtention de ce prix j’étais très anxieuse.Je photographierai toute ma vie. C’est ce que je suis.(Image à la Une, photo de Claude Truong-Ngoc)

Etpa - Actualités
yann-rabanier.jpg

Workshop avec Yann Rabanier

29 janvier 2021

Yann Rabanier, lauréat du Grand Prix ETPA 2007, est venu aborder les portraits avec la section photographique. Pour cet expert du sujet, la photographie de portrait est avant tout une histoire de "bienséance entre le photographe et son modèle".Leçon d'un portraitisteCet artiste portraitiste a souhaité que les étudiants prennent conscience de l’empathie nécessaire au métier de photographe. Faire des portraits nécessite de réaliser une photographie, sans en oublier l’humain devant l’objectif. Pour Yann Rabanier, si l’étudiant arrive à faire en sorte que la séance soit aussi agréable pour lui que pour son modèle, alors il réussira à amener des images fortes (ou moins neutres) que ce qu’il a pu faire jusqu’à présent.Le premier jour du workshop, Yann a échangé avec les étudiants pour apprendre à les connaître, mais également pour qu’ils connaissent son travail. De ce fait, il n’a pas hésité à montrer les travaux réalisés durant sa formation à l’ETPA, mais aussi ses photographies en tant que professionnel, dont les loupés, afin de pouvoir expliquer son fonctionnement durant les prises de vues (avant et après), et permettre aux étudiants de désacraliser la chose. Quelques mots avec Yann RabanierQuels conseils as-tu tendance à donner aux étudiants, durant tes workshops ?C’est très variable car j’essaie de donner des conseils spécifiques à chaque personne.Cette semaine, je leur ai conseillé de se débrider. La personne face à eux n’est pas une marionnette en bois que l’on modèle avec de la lumière. C’est bien plus et, au-delà de l’enveloppe, des choses se passent. La photographie de portrait induit d’aller vers l’intime, de chercher des points communs ou des différences qui permettront d’alimenter une discussion et des réactions qui peuvent être touchantes. Le portrait est, selon moi, une danse que l’on doit mener sans pour autant dominer. C’est mettre l’autre en avant sans s’effacer sur le plan de la direction. C’est trouver avec l’autre l’équilibre entre ce que l’on veut mettre dans une image et ce que l’on doit faire. Qu’est ce qui est le plus important pour toi lors de l’apprentissage de la photo ?La curiosité est primordiale car elle fait partie de l’apprentissage personnel.D’un point de vue technique, je pense que la logique de la lumière est essentielle. Je trouve d’ailleurs qu’elle est de plus en plus complexe à faire comprendre, notamment depuis l’arrivée du numérique. Au fil des années et de mes interventions à l’ETPA, je me rends compte que les élèves ont de plus en plus de mal à voir ce qu’ils font. Ce qui est d’ailleurs très contradictoire puisque le numérique leur permet d’avoir instantanément le résultat sous les yeux.Il est indispensable de réussir à regarder. Or, je trouve que ce regard devient de plus en plus rare. Il faut que les étudiants réussissent à voir ce qui ne va pas et ce vers quoi ils veulent aller. Que retiens-tu de ta formation à l’ETPA ?Me concernant, la formation à l’ETPA a été très bénéfique. J’ai appris énormément de choses. Mais j’ai l’impression que c’était une ère différente. Avec le numérique, la photo se fait de façon plus légère, de façon plus mécanique. Cette année a été la première où je me pose autant de questions entre l’argentique et le numérique.En tout cas je trouve génial le fait de pouvoir venir rencontrer la nouvelle génération de photographes de l’ETPA, de retrouver mes anciens professeurs qui sont devenus des amis. C’est toujours un véritable plaisir et un honneur d’intervenir à l’ETPA, de faire partie des professionnels qui viennent ici.Mes années de formation à l’ETPA ont été mes meilleures années étudiantes ; et intervenir ici chaque année est comme un petit pèlerinage, pour moi.  A-t-il été facile pour toi d’intégrer le monde de la photographie ?J’ai intégré le monde de la photo par chance. Cela s’est fait en deux temps, alors que j’étais encore en dernière année de formation à l’ETPA.Dans un premier temps, le journal Libération a fait appel à des étudiants en journalisme et en photographie pour un papier en 4ème de couverture. Ils ont donc appelé l’ETPA pour trouver un étudiant en photographie et ce fut moi. Mon travail leur ayant plu, j’ai continué de travailler pour eux par la suite. J’étais déjà très orienté portrait en arrivant en 3eme année.Entre temps, nous avions eu un workshop avec Alain Duplantier, qui était l’intervenant de l’époque pour les portraits. Quelques temps après son intervention à l’école, il m’a appelé pour me demander si je pouvais faire un portrait à sa place dans un magazine car il n’était plus disponible pour le réaliser lui-même. Et tout a commencé ainsi.Après cela, j’ai su que, pour mon dossier de 3ème année, je voulais réaliser un book efficace, me permettant de trouver du travail à la sortie de l’école. Je me suis donc consacré aux portraits de célébrités afin de pouvoir présenter mes travaux dans les rédactions sans avoir à préciser que j’étais fraîchement diplômé. Comment t’imprègnes-tu de la personnalité de tes modèles, pour réussir à la faire transparaître à travers le médium photographique ?Il faut de l’empathie pour faire ce boulot ! On est constamment en relation avec des gens.Mais je ne cherche pas à m’imprégner de quelqu’un, je cherche plutôt la rencontre. Évidemment, cela dépend du portrait que l’on souhaite réaliser, mais personnellement je ne cherche pas à trouver exactement la personne que j’ai en face de moi. C’est plus une rencontre. Ce que je trouve intéressant ce sont les différentes façons dont l’on peut se comporter en fonction de la personne que l’on a en face. Lorsque je travaille, je m’imprègne du moment passé avec la personne. J’essaie de prendre en photo une rencontre, le souvenir d’un moment passé avec elle.Je travaille sur l’échange ; je préfère la discussion au monologue. Toi qui fais partie d’une agence, quel est leur avenir, selon toi ?C’est un vaste sujet, notamment avec le ministre de la culture actuel qui dénigre la photographie. On passe en sous-catégorie dans l’art, dans sa représentation de l’art. J’adore l’opéra mais ce n’est pas pour autant que je classifie un art supérieur à un autre. Pour moi ce sont tous des supports pour faire vivre des choses aux autres par le biais de la catharsis. Il me paraît incompréhensible de sous grader un médium.En l’occurrence, l’avenir des agences est un peu complexe. L’État subventionne les rédactions à hauteur de millions d’euros, mais cela n’empêche pas la plupart d’entre elles d’être en déficit. De ce fait, la plupart font appel à des agences comme MODDS pour leur acheter des images de célébrités et ainsi donner envie aux lecteurs. Toutefois, les vendeurs d’images ne sont pas forcément payés par les services de presse ; entrainant la fermeture de nombreuses agences.Personnellement, je pense avoir de la chance car l’agence MODDS, dont je fais partie, se bat au quotidien pour valoriser les photographes dans la presse, pour défendre la photographie française ainsi que les droits d’auteur. Il faut être optimiste. L’agence MODDS c’est quand même Patrick Swirc et Jérome Bonnet ; des portraitistes qui font partie de l’écriture de la photographie française. Pour moi, il est inconcevable que cela périclite.

Etpa - Actualités
olivier-culmann-by-soham-gupta-r.jpg

Workshop avec Olivier Culmann

15 janvier 2021

Cette semaine, les étudiants Photographie de 3ème année ont eu la chance de travailler sur le concept de "non spectaculaire" avec un invité de marque, Olivier Culmann.Ce dernier a ainsi proposé un workshop de 4 jours, durant lequel nos étudiants ont pu travailler sur les choses du quotidien, apporter un regard à la normalité et au "non-exceptionnel".La photographie, une trace de l'HistoirePour ce photographe de renom, la photographie est une trace pour l’Histoire. Il reconnait avoir cette obsession de se projeter dans 50 ou 100 ans et de se questionner sur comment la génération future comprendrait notre époque si elle devait le faire à travers des photos. Qu’est- ce qu’elle en retiendrait s’il n’y avait que des photos de conflits, de catastrophes ou d’événements ponctuels ?C’est donc pour cela que nos apprentis photographes ont été amenés à travailler sur des choses du domaine du "normal", des choses du quotidien. Les poussant ainsi à avoir un parti pris photographique. Olivier Culmann a voulu leur faire comprendre que si l’on montre ce que tout le monde voit tous les jours, de la même façon qu’on le voit, alors cela n’a aucun intérêt. Il a tenté d'afûter leur regard sur ce qu’ils souhaitent montrer, afin de faire naître un propos dans leurs projets.Photographie et afirmation de soiCe parti pris est essentiel pour Olivier Cullmann car il considère que la photographie est subjective, elle propose un regard sur le réel parmi d'autres.Ainsi, il attendait de nos étudiants qu’ils assument leurs propos, qu’ils les revendiquent même, qu’ils s'affirment au travers de leur travail.L’issue du workshop n’était pas de réaliser le travail d’une vie en 4 jours, mais de présenter une série photographique qui réponde à des questions, tout en faisant progresser les étudiants de façon générale. Pour Olivier Culmann, ce n’est pas tant le résultat qui compte que le cheminement intellectuel et artistique effectué par les étudiants durant cet exercice.Quelques mots avec Olivier CulmannQuels conseils donnez-vous aux étudiants lors de vos interventions ?Soyez vous-même ! On n’a rien de plus fort à offrir que ce que l’on a à exprimer personnellement. La seule chose que les autres ne peuvent pas vous enlever, c’est ce que vous avez à dire personnellement. Ne singez pas !Que souhaitez-vous transmettre aux étudiants ?Je souhaite leur transmettre un état d’esprit, leur permettre d’affirmer quelque chose de subjectif. Je ne veux pas leur transmettre ma façon de faire, mais les aider à chercher la leur. Je les pousse à identifier, puis à exprimer par le biais de la photographie ce qu’ils ont à dire.Qu’est ce qui, selon vous, est le plus important dans l’apprentissage de la photo ?Il y a d’abord la base technique que l’ETPA apporte à ses étudiants durant leurs trois années d’école. Personnellement, je n’ai pas eu de formation photographique. J’ai donc acquis la technique petit à petit en fonction de mes besoins et de mes travaux. À l’ETPA, on leur apprend toute une gamme de connaissances techniques qui leur permettra de répondre à différents types de commandes. C’est un avantage. N’ayant pas fait d’école de photo, je me dis que j’aurais bien aimé pouvoir avoir un bagage comme celui que propose l’ETPA. C’est un vrai plus !Mais au-delà̀ de cette partie technique, une grande attention est donnée à l’aspect artistique et au développement du regard. Car il est fondamental que les étudiants développent leur propre regard. Je trouve qu’en troisième année notamment, il y a une grande exigence sur le « qui êtes-vous comme photographe ? », « qu’avez-vous à dire ? ». Parmi ceux qui deviendront photographes, c’est cette exigence qui permettra à une partie d’entre eux de devenir des « photographes auteurs.Quel est votre rapport à l’image, avec l’auto portrait ?L’autoportrait a cela de pratique qu’il me permet de m’utiliser comme un matériau. Et l’avantage de « m’utiliser » moi-même, c’est que je suis toujours « à disposition.La série The Others nécessita de vivre plus de deux ans en Inde et d’y réaliser un long travail d’observation de la société indienne et d’organisation des prises de vues (avec mon assistant, des coiffeurs, l’achat des vêtements…).Au-delà de m’utiliser comme un matériau, cette série partait d’une réflexion générale sur la photographie. Habituellement, les photographes partent à l’étranger avec leur propre culture et mode photographique, pour y réaliser des images d’une autre société qu’ils rapportent ensuite dans leur pays. Avec cette série, j’ai inversé le processus. J’ai essayé de comprendre et d’utiliser les codes d’une photographie qui n’était pas la mienne puis, au lieu de photographier les gens sur place, je les ai photographiés à travers ma propre personne.Le principe était donc de ne reporter sur moi-même que – et uniquement – ce que j’arrivais à percevoir des individus composant la société indienne. L’avantage de l’autoportrait, dans ce travail, tenait dans cette idée que s’il y avait des choses que je n’avais pas observées, que j’omettais de montrer, alors elles n’apparaitraient pas sur mes photographies.Cette série est donc une vision personnelle de la société indienne. Mais c’est, selon moi, toujours ce que rapporte un photographe : ce qu’il arrive à comprendre et percevoir d’une société.Pour vous, c’est quoi une série photographique réussie ?Je dirais qu’il y a deux choses qui font d’une série, une série photographique réussie.Tout d’abord, il faut que la série corresponde pleinement à ce que l’étudiant a souhaité exprimer. Une série qui est réussie ce n’est pas forcément une série qui plaît aux autres, c’est une série qui correspond à ce que, soit-même, on a envie d’exprimer par le biais du medium photographique.Je suis également assez attaché à l’idée que lorsque l’on exprime quelque chose, c’est avec l’intention que cela puisse être « entendu » par les autres. Si l’on réalise une série, c’est pour dire quelque chose à quelqu’un. Pas seulement à une personne que l’on connaît et à laquelle on pourra expliquer son intention, mais à de nombreuses personnes inconnues que l’on ne rencontrera jamais. Une série photographique, lorsqu’elle sera exposée ou publiée échappe au photographe qui l’a réalisée. Je conseille donc aux étudiants de faire en sorte que leurs séries parlent aux autres, qu’elles soient recevables par eux et que leurs propos soient « entendables » par les gens qui verront les photographies.Un travail intelligent me semble être un travail personnel et pertinent, mais également perceptible par le plus grand monde.

Etpa - Actualités