Les inscriptions pour la rentrée sont toujours ouvertes ! (Hors Parcoursup)

Je m'inscris
5a6f42b79e9e3.jpg

"Lumen", la vie au couvent par Léa Bousqué

29/01/2018 - 4 minutes
Actualité
Quelle est ta formation ? 
En 2013 j’obtiens un bac en sciences et technologies du design et des arts appliqués à Anglet. J’intègre ensuite l’ETPA en classe de praticien photographe pour deux ans puis la 3ème année d’approfondissement avec Pierre Barbot, responsable du pôle photo, d’où je sors diplômée en 2016.

Quel est ton parcours depuis l’ETPA ?
Depuis ma sortie de l’école, je vis et travaille à Toulouse à mon compte en tant que photographe artiste auteur. D’une part pour des commandes (entreprise/événementiel/architecture..). Et d’autre part sur mes projets personnels, comme la série « Lumen » que j’ai terminé 1 an après ma sortie d’école. La série a été sélectionnée parmi les 10 finalistes du « World Report Award catégorie Spot Light Award en septembre 2017 » lors du festival della fotografia etica (Italie). Puis publié en tant que portfolio dans le magazine Causette en décembre 2017. 

Comment as tu été publiée dans le magazine Causette ?
Depuis la fin du projet « Lumen », je voulais tenter d’être publiée en presse, j’ai donc préparé un book avec mes images puis envoyé des mails afin de me présenter à quatre rédactions de quatre magazines différents dont Causette. La responsable photo du magazine Causette m’a répondu qu’elle souhaitait me rencontrer à la rédaction lors de mon passage sur Paris quelques jours plus tard. Après l’entretien, le magazine a décidé de me publier et nous avons travaillé sur la maquette avant la sortie en kiosque du magazine le mois suivant. 
Parallèlement, certaines personnes de mon réseau m’ont effectivement aidé en m’indiquant comment rentrer en contact avec la presse puis Pierre Barbot m’a ensuite aidé et encouragé sur la préparation de mon book et des mails que j’ai envoyé. 

Pourquoi avoir choisi le sujet des religieuses ? quelle était ton intention ?
Le sujet des religieuses c’est un peu imposé à moi comme une évidence lorsque ma grand-mère ma parlé des nones qui venaient de s’installer près de chez elle. 
N’étant pas croyante, je ne comprenais absolument pas comment on pouvait encore faire le choix de vie qu’est celui d’une religieuse. 
Mon intention première a donc été d’aller à leur rencontre afin de comprendre comment elles avaient atterri dans un couvent, pourquoi avoir choisi ce rythme de vie dans une société qui se détache de plus en plus de ses antécédents catholiques. 

C’est un travail que tu as commencé lors de ton cursus à l’école, peux-tu nous en dire plus sur la génèse du projet ?   
En fait c’est un travail que j’ai débuté en seconde année, nous devions rendre un dossier comportant huit sujets photographiques dont un reportage. C’est dans ce cadre-là que j’ai commencé la série « Lumen ». En troisième année je ne voulais plus continuer mon travail avec les religieuses j’avais envie de nouveauté. C’est Pierre Barbot qui m’a remis sur cette voie après m’avoir laissée patauger plusieurs semaines sur d’autres projets. Nous avons abordé le sujet d’une autre manière, après avoir vu ce qu’était la vie au couvent je me suis intéressée au parcours des six jeunes femmes de la communauté et me suis centrés sur une en particulier dont le parcours m’avait touchée car il était aux antipodes de ce que je pouvais imaginer.  

Quels seraient les conseils que tu donnerais aux étudiants actuels ?
L’école permet d’aborder des tas de sujets et de tester beaucoup de choses afin d’essayer de trouver ce qui plaît à chacun. Il faut saisir tout ce qu’il y a à apprendre auprès des intervenants et des enseignants. Je pense aussi qu’il est très important de profiter d’être à l’école pour se donner à fond dans ses projets afin de commencer à créer un book qui est la seule chose qui nous représente lors de notre arrivée dans le milieu du travail. 

Quels sont tes projets ?
J’ai plusieurs projets en tête pour la prochaine année, mais le principal est de partir en Afrique afin de démarrer une nouvelle série sur la jeunesse des pays défavorisés. C’est un projet qui me tient à coeur et que j’espère pouvoir réaliser d’ici à la fin 2018.
5a6f42831730d.jpg
5a6f4282e77f2.jpg
5a6f4282af535.jpg
5a6f428288bf9.jpg
Sur la même thématique
benestebe-mathis-expo-1010-arles-1

[ALUMNI] Un ancien étudiant sélectionné pour la semaine d’ouverture des Rencontres d’Arles 2024.

08 juillet 2024

Mathis Benestebe, ancien élève et Mention spéciale lors du Grand Prix Photo ETPA en 2023, a été sélectionné pour présenter sa série « Ventricule gauche » pour la semaine d’ouverture des Rencontres d’Arles 2024, dans le cadre de l’exposition 10/10 présenté par l’Archevêché by Fisheye.Pour la semaine d’ouverture des Rencontres d’Arles 2024, soit du 1er au 7 juillet, Archevêché by Fisheye a présenté l’exposition 10/10, qui met en avant les œuvres de dix jeunes artistes prometteurs, sélectionnés parmi les écoles de photographie les plus renommées en France et à l’international.Cette exposition a permis de découvrir un panorama hétéroclite de photographes en devenir, aux perspectives et sensibilités très différentes, mais aussi aux formations académiques diverses et imprégnées de multiples inspirations et références.Mathis Benestebe, ancien étudiant à l'ETPA, a été sélectionné comme l'un des dix jeunes artistes mis en lumière lors de cette exposition, à l'Archevêché by Fisheye, un espace emblématique des Rencontres Photographiques d'Arles.Mathis Benestebe devant plusieurs travaux de sa série "Ventricule gauche" présentée à l'Archevêché by Fisheye aux Rencontres Photographiques d'Arles ©Philippe GrollierSon travail artistique, centré sur l’intime, l’autobiographie et le manque, explore le sentiment de contenance à travers l’expérimentation de l’image. La photographie, pour lui, est une preuve tangible de sa propre réalité. Photographe du contrôle, Mathis aime penser et prévoir chaque détail de ses compositions, choisissant avec soin chaque élément pour matérialiser des symboles impalpables à la recherche de l'émotion là où elle se cache.Pour cette exposition, Mathis a présenté son projet intitulé Ventricule gauche. Ce projet explore les émotions et les états intérieurs avec une profondeur et une sensibilité unique. Voici un extrait du texte accompagnant ses œuvres :J’aimerai comprendre pourquoi tu trouves mon visage neutre si malheureux.Peut-être que tu y vois l’ennui de celui qui s’ignore.Un jour peut-être, je ressentirai cette déception d'être absent.Je t’ai offert une tulipe pour nos trois ans.Si je tombe ce masque de fer, est-ce que tu me reconnaîtrais ?Ces dernières années, mes rares larmes portaient ton nom.Et avant, je ne sais pas.Il en faut du temps pour sortir de cette apnée.© Pierre Barbot /ETPA©Pierre Barbot /ETPACette exposition a été rendue possible grâce au soutien précieux de Canon, permettant à ces jeunes talents de présenter leurs visions uniques au public. Pour plus d'informations sur l'exposition et les projets de Mathis Benestebe, rendez-vous sur son site internet et sur Instagram. 

Etpa - Actualités
nade-ge-tixier-lamaison-galerie-triangle-bastien-anguiano-1-1

[ALUMNI] Une ancienne étudiante organise une exposition dans sa galerie photo à Arles

02 juillet 2024

Après avoir fondé en 2021 sa propre Galerie Photo sous le nom de Galerie Triangle à Arles, l’ancienne étudiante Nadège Tixier-lamaison organise l'exposition "CHANGE" jusqu’au 14 juillet à Arles ! Cette exposition réunit sept artistes photographes qui explorent le thème urgent et poignant du changement climatique à travers leur œil de photographe.©Bastien AnguianoUne vision et une missionNadège Tixier-lamaison, diplômée de l’ETPA en 2012, a parcouru l'Europe et au-delà, en capturant des moments uniques avec son objectif. Elle décide de poser ses valises à Arles en 2021 en y fondant la Galerie Triangle. Sa mission : promouvoir des artistes émergents, organiser des expositions, des conférences et divers événements autour de la photographie.Exposition "CHANGE" : Un rendez-vous à ne pas manquerLa Galerie Triangle présente l'exposition "CHANGE", jusqu’au 14 juillet au 65 quai de la Roquette, Arles. Cette exposition réunit sept photographes apportant leur vision poétique dans le constat alarmant de l’urgence climatique.Le soleil s'écrase, il frappe à notre porte, il nous assoit, nous rend malades, nous dessèche, cache-toi et CHANGE. À nos frontières il désertise, à nos vacances il détruit tout. Les éléments s’affolent, se déchainent, avertissent, punissent, déversent leur puissance indéniable, nous rendent tout petit, tout petit que nous sommes. Ils nous survivront, mais toi… CHANGEJ’étouffe. Ta beauté suprême ne suffit plus à nous convaincre, nos petites habitudes, nos grands coups de gueule, nos larmes inaudibles, nos angoisses permises. Nous suffis-tu alors ? CHANGEEt si dans un élan cet espoir nous revient, qu’on laisse devant nous un destin un peu viable. Différent, obligé, comme un vase cassé dont les failles deviennent sa beauté destinée, comme une envie commune de tout reconstruire, d’éradiquer les monstres qui pourrissent un ensemble. On a prouvé quelques fois qu’on en était capable, le sera-t-on encore ? Puis toi, CHANGE.Texte de NADÈGE TIXIER-LAMAISONLes artistes et leurs œuvresThéo Giacometti : "Pour qui chanteront les sirènes ?", une réflexion sur la montée des eaux en Camargue.Collectif Phosphore (Sarah Witt & Matthieu Fares) : Une série poétique sur l'approvisionnement en eau potable des îles méditerranéennes.Dana Tentea : Une immersion dans la vie des femmes marocaines cultivant des roses pour soutenir leur indépendance.Nicolas Serve : Un documentaire photographique sur les tornades.Maxime Riché : "Paradise", un témoignage des incendies de 2018 en Californie.Tobias Canales : Une série argentique en noir et blanc sur les villages désertés et arides d'Espagne.Une galerie engagéeLa Galerie Triangle repose sur des valeurs fortes d'égalité, de parité et de rémunération équitable des photographes. Nadège Tixier-lamaison s'efforce de maintenir une qualité éditoriale tout en respectant ses engagements et valeurs. Tous les partenaires de la galerie sont basés en France, renforçant ainsi son engagement local.Nous vous invitons à découvrir cette exposition et à soutenir la Galerie Triangle dans ses initiatives. Pour plus d'informations, visitez leur site ou suivez-les sur les réseaux sociaux.Bravo à Nadège pour son travail et ses engagements forts ! L'ETPA est fière de compter parmi ses anciens élèves des personnalités qui agissent pour de belles causes à travers leur passion pour la photographie.  © Tobias Canales© Collectif Phosphore (Sarah Witt & Matthieu Fares)© Théo Giacometti© Dana Tentea© Nicolas Serve© Maxime Riché   

Etpa - Actualités