Pablo Baquedano

Pablo Baquedano arpente les Ardennes

13/04/2016 - 3 minutes
Actualité
Son parcours

Pablo Baquedano a suivi la formation de praticien photographe au sein de l'école ETPA de Toulouse pendant trois ans.

Les deux premières années lui ont apportés les bases techniques et théoriques nécessaires pour maîtriser l'ensemble des pratiques photographiques.

La troisième année était basée sur le suivi de projets personnels, avec comme professeur référent Mr Pierre Barbot, qui a amené Pablo Baquedano et ses camarades à forger leur propre approche de la photographie.

Ses rencontres

Il a pu rencontrer de nombreuses grandes figures de la photographie comme Jean Christian Bourcart, Ludovic Carème, Gilles Favier, Jane Evelyn Atwood ou encore Sarah Moon. Ce sont ces rencontres qui ont confirmé son goût pour la photographie documentaire.

 

"La France vue d'ici"
 
Pour le projet de Médiapart et Images singulières, "La France vue d'ici", ce jeune photographe a passé 3 saisons à arpenter les Ardennes. Il a pu ainsi observer les dégâts de la crise en photographiant la vie des habitants. Pour lui "la photo, c'est de l'échange", il aime aller à la rencontre de ses modèles.

"L'Humain" est d'ailleurs le point commun entre tous ses projets. 
 
 
A travers celui-ci, il voulait montrer que, même avec la crise, la vie dans les Ardennes continue grâce à tous ses habitants.

Ses projets futurs
 
Pablo a prévu de retourner dans les Ardennes pour le printemps, seule saison qu'il n'a pas photographiée, pour boucler le projet pour 2017. 

Il est à l'affût de toutes opportunités de travailler dans les domaines de la photo de presse et du reportage.

Son style
 
Pour Pablo, le noir et blanc a toute sa place dans la photo d'actualité et cela semble, pour le moment, ce qui correspond le plus aux projets qu'il mène selon lui.
 
Les réactions
 
Le reportage photo de Pablo Baquedano a lancé un débat très virulent.
"Les gens ont pu être parfois heurtés par des images qu'ils voyaient comme trop tristes, pessimistes", explique t-il, et en effet, ce fut la raison de nombreuses critiques.

Mais certains se rangent du côté de l'artiste quand ce dernier explique que "le but du reportage est avant tout de donner une image qui colle au plus près à la réalité du lieu et de ses habitants", en disant qu'effectivement ces photos montrent une certaine réalité du département. 


Pablo Baquedano

570e4a817521a.jpg
570e4a787a522.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités