Pierre Carton : Les gueules cassées

Qu'est-ce qui fait le talent d'un photographe

05/02/2016 - 2 minutes
Actualité

1. Maîtriser son art et sa technique

Le b-a-ba pour devenir un bon photographe ! Mais à l'ère du numérique, tout le monde se sent les compétences de faire ses propres portraits, ses reportages... Et pourtant le métier de photographe ne s'improvise pas !
Pour les amateurs, il sera recommandé de suivre une formation, afin d'acquérir les compétences et connaissances nécessaires pour exercer.

2. S'ouvrir au monde

Un bon photographe sait se situer par rapport à son temps, à la société, au monde, mais aussi par rapport à "son" monde. Aussi, ce sont ses expériences à l'autre qui feront sa force et sa différence.

C'est l'un des principaux biais pour décrocher de nouveaux projets et autres collaborations.

3. S'exercer, encore et encore

En photographie, l'adage "expérience est mère de science" est incontestable. C'est effectivement à force d'avoir expérimenté, qu'un bon photographe saura tout de suite comment cadrer, quelle lumière utiliser, avec quel objectif... Bref, c'est son expérience qui va donner du sens et de la valeur à sa technique. Ce qui implique aussi de la patience, nécessairement !

4. Faire preuve d'abnégation

Tous les jours ne sont pas faciles pour ceux qui pratiquent le métier de photographe. Il faut parfois être très patient, par exemple lorsqu'il s'agit d'attendre la lumière idéale pour prendre LA bonne photo, de réussir à intégrer un milieu spécifique pour y consacrer une série, ou encore de trouver le bon lieu pour un shooting.

Et il faut aussi parfois accepter de passer du temps seul, justement sur des projets qui requièrent de la patience !

Bref, un bon photographe sait qu'il est parfois nécessaire de se mettre un petit peu entre parenthèses, pour un résultat meilleur.

5. Être à l'écoute

Le photographe doit savoir écouter. Écouter les attentes d'un client pour y répondre au mieux, ce que nous dit cet homme à qui l'on consacre un reportage, pour mieux retranscrire son vécu, ou encore être à l'écoute de soi-même lorsqu'il s'agit de transmettre ses émotions…

Pour Robert Doisneau "[...]la qualité d'un photographe doit être l’espoir du miracle[...]"

Crédit photo noir et blanc : Pierre Carton 

56b470a651d26.jpg
56b470931adba.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités