carl warner paysages nourriture

Venez manger les paysages de Carl Warner !

10/05/2017 - 2 minutes
Actualité

Ce photographe à l’imagination débordante, basé à Londres, créé des univers oniriques pour les passionnés de nourriture.

Photographe depuis plus de 25 ans, c’est en 1999 que tout commence. Il explique : « Je me promenais dans le marché et j’ai aperçu de magnifiques champignons portobellos. Ils ressemblaient à d'étranges arbres venus d’ailleurs et j’ai décidé de les apporter à mon studio. Il manquait un petit quelque chose à l’avant-plan alors je suis allé acheter du riz et des fèves pour fabriquer un paysage miniature et l’éclairer. Ca fonctionnait. Je n’avais jamais rien vu de tel auparavant. »

Carl Warner
a réalisé près de 100 paysages comestibles depuis, dont certains ont été créés pour des publicités Uncle Ben’s, Whiskas et Wheat Thins.

Le photographe utilise les mêmes techniques que les peintres tels l’éclairage et la composition pour tromper les gens et leur faire croire au réalisme de la scène.Certains de ses paysages sont tellement détaillés que les séances photo peuvent s’étaler sur plusieurs jours !

Carl Warner utilise une grande quantité de nourriture pour la création de ses paysages, néanmoins, l’artiste explique que la plupart des aliments utilisés dans ses oeuvres sont par la suite mangés par son équipe ou donnés à un refuge pour sans-abri.

Ses photographies sont un véritable festin pour les yeux !

Saurez-vous reconnaître tous les ingrédients?

Carl Warner s'amuse également à créer des paysages avec toutes sortes d'objets. Des paysages totalement fantaisistes mais parfaitement réalisés!

59130a17dfeca.jpeg
59130a180dce1.jpeg
59130a1831b6b.jpeg
59130a186c523.jpeg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités