portrait-yohan-par-remi-pujol.jpg

[ENTRETIEN] avec Yohan Burel, photographe de mode

12/05/2021 - 3 minutes
Actualité

Yohan Burel est diplômé de l'ETPA avec une formation BTS Photographie et une 3ème année de spécialisation. Après avoir été opérateur numérique sur Paris, il a décidé de devenir photographe de mode.

Voir sa fiche

A-t-il été facile pour toi d’intégrer le milieu de la photographie ?

"Non, et ça ne l’est toujours pas. C’est un métier difficile et très compétitif. Ce n’est pas évident de trouver sa place, et ce qui fait que l’on fait carrière là-dedans c’est que l’on n’abandonne jamais.

J’ai moi-même connu des périodes où je ne savais plus si je pouvais devenir photographe.  Non pas que je ne voulais pas, mais je me demandais comment je pouvais y arriver. Il n’y a pas de règles dans ce milieu et ce n’est pas toujours évident de comprendre comment ça fonctionne."

Quel regard portes-tu sur ton parcours ?

"Je dirais qu’avant je faisais partie de l’orchestre et que maintenant je suis devenu chef d’orchestre.

Je suis passé par toutes les étapes : retouches photo, assistant, lumières, production, gestion d’un studio et d’une équipe. Tout cela m’a permis d’avoir plusieurs cordes à mon arc et d’être meilleur en tant que photographe. J’ai une bonne connaissance du matériel, je sais ce dont j’ai besoin lorsque je fais un shoot en extérieur ou en studio ; et je sais aussi gérer l’équipe d’un shoot (du client, au DA, en passant par le coiffeur, le maquilleur et le mannequin.

Je trouve important d’avoir laissé venir les choses durant mon parcours. Je n’ai jamais forcé le fait de devenir photographe."

Se met-ton à nu avec la photographie de mode ?

"Oui, car c’est un point de vue, une approche. Je sais qu’il y a une tendance qui fait que la photographie de mode peut être mal vu, mais je trouve que c’est un milieu très créatif. Certes, il y a la photo de mode qui permet de manger et qui n’est pas très créative. Mais il y a également des projets beaucoup plus artistiques, comme ceux réalisés par Paolo Roversi.

Ce photographe est un véritable artiste, profitant des moyens qui lui sont offerts par les magazines, pour créer des images. Ces images-là sont ses créations, des choses qu’il propose. Et, selon moi, à partir du moment où l’on propose quelque chose qui nous tient à cœur, on se met à nu."

portrait-yohan-par-remi-pujol.jpg
yohan-burel-book-2021-page-37.jpg
yohan-burel-book-2021-page-35.jpg
yohan-burel-book-2021-page-33.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités