paroles-d-images-4.jpg

[ALUMNI] Paroles d'Images #4 : Focus sur l'univers de Clément Marion

23/06/2021 - 2 minutes
Actualité

Pour ce 4ème podcast, l’équipe de Paroles d’Images s’intéresse à la photographie argentique et aux techniques alternatives. Mais surtout, l'animateur a invité un ancien étudiant ETPA qui a obtenu la mention Spéciale du Jury au Grand Prix 2020 :Clément Marion.

Le podcast

  • Animation : Raphaël Bourda, ancien étudiant en BTS Photographie, promotion 2020
  • Co-animation : Max Elhaïk, webdesigner pour entrepreneurs et photographe
  • Technique : Célestine Antonin, ancienne étudiante en BTS Photographie, promotion 2020

Durant un échange décontracté et qualitatif, comme nous commençons à en avoir l’habitude avec cette émission, Paroles d’Images nous fait découvrir l’Afghan Box.

Lorsque Raphaël et Clément abordent ce sujet, beaucoup d’entre nous ne visualisent pas ce dont il s’agit. Qu’à cela ne tienne, Paroles d’Images nous embarque dans le monde de Clément et de ses Afghans Box. 10 minutes de reportage plus tard, nous comprenons ce qu’est cet appareil et son procédé très technique. Une seule certitude, l’Afghan Box n'aura plus aucun secret pour vous après ce podcast.

Dans un 2ème temps, nos deux anciens étudiants de l’ETPA échangent sur le procédé du collodion humide, technique de développement qui a valu la mention spéciale du jury à Clément Marion, pour sa série photographique Phoenix. Cette dernière, fut le projet de 3ème année à l’ETPA de Clément Marion, dont il nous parle volontiers dans notre rubrique Anciens :

Clément Marion

Pour rappel, nous avions déjà entendu parler de la technique du collodion humide, lors du 1er podcast de Paroles d’Images, auquel Raphaël avait convié Aude BOISSAYE et Sébastien RANDE, du Studio CuiCui.

En bref, un podcast de qualité, avec deux anciens étudiants talentueux, à consommer sans aucune modération !

Plus d'infos

Retrouvez toutes les infos sur les prochains podcasts sur leur instagram. 

Paroles d’Images est une émission de podcasts vidéo, c’est donc sur YouTube que l’expérience sera la plus complète. Toutefois, vous pouvez également la retrouver en version audio, pour celles et ceux qui souhaitent l’écouter dans leur bain, en cuisinant, en faisant du sport ou dans leur voiture.

paroles-d-images-4.jpg
photo-portrait-clement-marion-.jpg
marion-tl-06.jpg
marion-tl-04.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités