formation photo etpa

Devenir un bon photographe avec l'ETPA

09/02/2017 - 3 minutes
Actualité

Les qualités d’un bon photographe

Être un bon photographe ne signifie pas seulement connaître la technique sur le bout des doigts, il faut aussi posséder certaines qualités humaines.

La passion vous permettra de persévérer, et la sensibilité laissera transparaître vos émotions.

La patience devra faire partie de votre bagage parce que vous ne serez pas un bon photographe du jour au lendemain. Et c'est la curiosité qui vous poussera à aller toujours plus loin !

Et surtout faites le choix de la bonne école. L’ETPA Toulouse vous permettra d’exploiter votre potentiel.

Pourquoi ? Parce que L’ETPA Toulouse forme les étudiants à l’ensemble des métiers de la photographie.

Avec ses quarante années d’expérience, l’ETPA veille à ce que chacun de ses étudiants révèle son talent dans la maîtrise de ses environnements professionnels, techniques et artistiques.


Trois formations à l'ETPA

Le département Photographie de l’école ETPA propose trois formations pour devenir photographe.

Le BTS Photographie, sous contrat d’association avec l’Etat, dispense un enseignement technique et artistique.

La classe de praticien photographe, davantage orientée vers la prise de vue et le traitement de l’image.Enfin, la troisième année de spécialisation permet aux étudiants de se perfectionner dans les conditions d’une agence ou d’un studio de création, au contact de personnalités de la photographie, à l’occasion de rencontres thématiques et de master class.

La qualité de l’enseignement dispensé à nos étudiants passe d’abord par les compétences pédagogiques des enseignants, mais aussi par leurs carrières personnelles dans la photographie.

Les programmes sont pensés pour apporter le professionnalisme et les compétences nécessaires à la pratique de la photographie.

Un futur tracé

La formation amènera les élèves à déterminer ce vers quoi ils veulent tendre au sortir de leurs études.

Artistique, la photographie n’en reste pas moins technique. Afin de suivre ses évolutions et de s’adapter à la révolution numérique, l’ETPA s’est évidemment dotée de matériel haut de gamme professionnel.

« Les étudiants, en fin de formation, ont alors les clefs pour choisir leur parcours de photographe. C’est un gage de réussite et l’ETPA peut être fière du nombre de ses étudiants qui ont intégré avec talent le milieu photographique » estime Gilles Favier, Directeur Artistique du Festival "Images Singulières".
594a8b9802461.jpg
594a8cde5a7d7.jpg
594a8b97e4a2f.jpg
594a8b97be19e.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités