actualite | mardi 05 décembre 2017

L'avènement du drone

Stéphane Donnary, enseignant à l'ETPA, transmet son savoir-faire et initie les étudiants au drone.


Quel est ton parcours ?  

J'ai commencé la photographie à l'adolescence, de manière autodidacte. Puis j'ai eu le besoin et l'envie d'avoir une formation professionnelle et c'est l'ETPA qui m'a formé pendant 3 ans. Par la suite, je suis parti sur Paris exercer en tant qu’assistant photographe puis en tant que responsable d’une boutique Kodak express.

J’ai ensuite été employé comme responsable photographe au Studio 106, spécialisé dans la prise de vue de cosmétiques de luxe. Je suis maintenant enseignant à l'ETPA depuis septembre 2012.  

Comment t'est venue l'idée de t'orienter vers le drone ?

Il y a deux raisons à cela. La première est que le monde de la photographie est un univers en perpétuelle évolution et qu'en tant qu'enseignants nous nous devons de nous tenir informés de ces évolutions. La photographie aérienne en fait partie, et pour un jeune professionnel, elle représente aujourd'hui un atout sur un CV.

J'ai eu envie de proposer au élèves une initiation à ce type de photographie afin qu'ils y soient sensibilisés et afin qu'ils soient prêts à pouvoir la mettre en pratique dans leur avenir professionnel. 

La deuxième raison est que ce domaine de la photographie aérienne via un drone est une pratique de plus en plus répandue, mais très mal connue en termes de réglementation. Or celle-ci est très forte dans ce domaine. Il m'a semblé essentiel que les élèves prennent conscience qu'il y a des règles à respecter et des normes à connaître. Encore une fois, c'est en pensant aux futurs professionnels qu'ils seront que j'ai voulu leur apporter le bagage nécessaire à une activité respectueuse des réglementations.  

Quel lien entretiens-tu avec l’ETPA ?

Comme je le disais, c'est l'école qui m'a formé. Même si la formation s'opère tout au long d'un parcours professionnel, c'est à l'ETPA que je dois ma formation initiale et j'en garde d'extrêmement bons souvenirs, d'où mon envie d'y revenir pour enseigner.   

Pourquoi avoir choisi l’ETPA pour transmettre ton savoir-faire ?

J'ai été formé à l'ETPA et je connais la qualité de l'enseignement qui y est proposé. J'ai voulu y enseigner à mon tour, comme un retour aux sources en quelques sortes ! D’autre part, je trouve que cette école à toujours voulu qu’il y ait, parmi les enseignants, des professionnels ou d’ancien professionnels. Cela me semble essentiel pour transmettre les valeurs réelles et les pratiques de ce métier.   

Quels enseignements tires-tu de ton cursus à l'école en tant que professionnel ?

L'école a l'enjeu majeur de fournir aux élèves les bases théoriques qui leur permettront de devenir de bons professionnels mais aussi de leur apprendre une posture.
Nous formons de futurs professionnels et l'école est aussi là pour leur transmettre les codes de ces métiers, savoir comment se comporter et s'organiser dans un milieu professionnel. Dans cet apprentissage, les stages sont une force pour confronter les élèves avec les enjeux du monde professionnel.

Que proposes-tu aux étudiants de l’ETPA ?

J'interviens à l'ETPA comme professeur de Technologie et Equipements. Je suis là pour leur transmettre mon savoir et mon expérience dans ce domaine.

La qualité d'une photographie passe par la maîtrise des techniques de prise de vue bien entendu, mais également par une maitrise de son matériel et une bonne connaissance de celui-ci. Quel type d'éclairage vais-je utiliser ? Pour quelles raisons ? Quel rendu vais-je avoir si j'utilise ce boitier plutôt qu'un autre ?...  

Quel est l’intérêt de travailler avec un drone, quelles en sont les possibilités et les contraintes ?

L'intérêt de travailler avec un drone est de proposer au client une prise de vue différente et une offre plus globale.

Souvent les prises de vue aériennes vont être utilisées en complément de prises de vue plus classiques. Le drone offre des possibilités de prises de vue jusque-là inexistantes. Il permet d'accéder à des endroits difficiles voire impossible autrement.

Cependant, c'est une pratique qui doit se faire en conformité avec la réglementation, encore plus si elle est réalisée à titre professionnel. Tous les endroits ne peuvent pas être survolés par un drone, il faut souvent demander des autorisations et respecter des hauteurs de survol.

Enfin, le prix peut être une contrainte pour un jeune professionnel, même si ce domaine se développe rapidement avec, pour effet, une baisse des prix des drones.

Faut-il élaborer un scénario spécial via les contraintes que le drone suppose ?  

Oui en effet. Cela est dû aux contraintes de réglementations dont je parlais. Les temps de survols étant souvent limités, il convient de repérer en amont les zones à photographier, mais aussi d'anticiper le type de plans que l'on souhaite réaliser.

Dans ce domaine, la photographie rejoint le cinéma et il est nécessaire de penser la prise de vue en séquences.  

Que pouvons-nous envisager et imaginer à l’avenir en termes d’activité autour du drone ?  

Pour le moment les contraintes en termes d’autorisation de durée de vol (autorisation préfectoral) étant trop lourde pour une formation de pilotage (double commande, vol en intérieur, formation spécifique et régulière, etc). Il est donc difficile d'envisager d’autre type d’activité.

les autres actualité
+

+

+
lundi 27 novembre 2017 actualité A la rencontre de Jean-Christian Bourcart

A la rencontre de Jean-Christian Bourcart




Vos informations ont été reçues.

Votre demande sera traitée dans les plus brefs délais.

Vos informations sont en train d'être envoyées.

Merci de patienter.