programmeur jeux vidéo

Focus métier : programmeur de jeu vidéo

29/03/2016 - 2 minutes
Actualité

Le jeu vidéo est un média qui a su prendre de plus en plus de place dans nos vies ces dernières décennies.

De la Magnavox, en passant par la Megadrive, la Playstation, ou encore le PC, il a su nous captiver et occuper une place à part entière dans notre quotidien, allant même jusqu’à conquérir le monde de la téléphonie.

Dès lors, travailler dans le monde du jeu vidéo est devenu le rêve de beaucoup, et parmi les dizaines de métiers possibles dans ce secteur, il en est un qui dégage une aura particulière : le programmeur de jeux vidéo (également appelé développeur).

Le programmeur est la personne chargée de donner vie au jeu vidéo.
Il intervient une fois que les designers et graphistes ont finalisé la partie visuelle et l’univers du jeu.
Sur son poste de travail, les idées prennent forme et deviennent animées pour le plus grand plaisir des gamers.

Son outil principal reste le langage de programmation, qui sera différent selon la plate-forme à laquelle le jeu vidéo est destiné. 

Ainsi, outre la maîtrise du langage de base, à savoir le C++, ses connaissances en Java, C# ou encore Objective C, lui apporteront un plus, surtout sur des projets de jeux vidéos mobiles ou web.

Pour être programmeur de jeux vidéo, l'une des qualités requises est l'esprit d'équipe.

A l'écoute des graphiste et autres développeurs intervenant sur le même projet, il échange constamment avec l’ensemble de ses collègues afin d'assurer la cohérence du rendu final.

Au fait des dernières technologies, il sait aussi faire preuve de rigueur et de créativité.

Autrefois peuplé d’autodidactes, le monde des développeurs de jeux vidéo s’est professionnalisé et le recours à une formation de game designer telle que celle proposée par l’ETPA, est devenu impératif.

56faac13b2678.jpg
56faac033d3a7.jpg
Sur la même thématique
marianne-thazet-la-baigneuse-residence-factory-2022-1

[EXPO] Exposition de Marianne Thazet avec "Eaux vives" aux journées portes ouvertes

27 janvier 2023

Venez découvrir l'exposition "Eaux vives" de Marianne Thazet à l'ETPA lors des journées portes ouvertes à partir du 27 janvier jusqu'au 11 mars 2023.La série “Eaux vives” de Marianne Thazet est lauréate du programme annuel de la Résidence 1+2 Factory réservé aux anciens étudiants de l’ETPA issus des 10 dernières promotions, en partenariat avec la Résidence 1+2, Nature En Occitanie et le Conseil départemental de la Haute-Garonne.Marianne Thazet, est une ancienne étudiante, diplômée et récompensée en 2019 avec la Mention Spéciale du Jury lors du Grand Prix de l'ETPA.L'artiste est une photographe de l'intime. C'est dans le courant de la photo documentaire qu'elle questionne l'attention sur l'environnement par un regard décalé bien à elle."Eaux vives"Cette série porte sur l’ambivalence de la “collaboration” entre la Nature et l’Homme, où il est aussi bien protecteur que destructeur. La confluence Garonne-Ariège est un lieu de tumulte où se croisent, s'entremêlent, et se débattent deux éléments titanesques qui finalement se fondent l'un dans l'autre et reprennent leur douce coulée. Une allégorie certaine de la cohabitation entre la Nature et l'Homme se dessine sur ces lieux.La Réserve naturelle régionale Confluence Garonne-Ariège est remarquable tant par sa biodiversité que par sa proximité périurbaine avec l’agglomération toulousaine. Cette situation rare et fragile induit des relations complexes et contrastées.Plus je sillonne ce territoire, plus je constate l'imbrication inextricable de ces deux éléments que je cherche à démêler : l’Homme à l'origine de la destruction et l’Homme qui veille à réparer, soigner et éduquer. Tout ici est un équilibre sensible entre ce qui meurt et ce qui renaît. Je parcours ces lieux en constatant les impacts qui leurs sont assénés et les précautions que l’Homme s’efforce de mettre en place pour compenser. J'observe cette histoire d'amour-haine qui tente d'avoir une fin heureuse.© Marianne Thazet, La baigneuse, Résidence 1+2 Factory, 2022.

Etpa - Actualités